Insatisfait du transport en commun

Je suis une personne handicapée utilisatrice du transport en commun régulier et... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Je suis une personne handicapée utilisatrice du transport en commun régulier et adapté (...). Je voudrais apporter mes commentaires sur le transport régulier à la Société de transport de Sherbrooke (STS).

Je considère que le service est moins bon qu'avant. En raison du nouvel horaire implanté depuis le 22 août 2016, je manque souvent mes correspondances parce que les autobus sont en retard et je ne crois pas que ce soit seulement à cause des travaux de voirie. Les autobus ne passent pas à l'heure indiquée sur les dépliants. Il faut toujours prendre notre autobus au moins une demi-heure plus tôt pour arriver à l'heure à notre rendez-vous.

Les horaires devraient être améliorés les jeudis et vendredi soir. Aussi, pour le circuit 1, la STS devrait rajouter des heures de service les fins de semaine au lieu de laisser les circuits 15 et 16 rouler à vide.

Pour ce qui est du circuit 11 qui va au Plateau St-Joseph, ayant effectué un stage au magasin Canadian Tire, je crois qu'il devrait y avoir plus d'autobus ou alors qu'on devrait prévoir des taxis-bus à certaines périodes.

On a parfois l'impression que le Service à la clientèle de la STS ne prend pas les plaintes. On nous dit que ce n'est pas leur faute si les autobus sont en retard et que les problèmes sont causés par les travaux de la Ville.

Éric Samson, Sherbrooke

C'est reparti

À un an des élections municipales, les élus s'agitent beaucoup plus que d'habitude. Il faut dire que nos élus n'ont pas vraiment l'habitude de s'agiter. Une fois élus, les conseillers municipaux reçoivent une rémunération de base de 33 000 $ annuellement, à laquelle s'ajoutent des honoraires de plusieurs milliers de dollars selon leurs responsabilités (...).

Dans la majorité des cas, nos élus ont déjà un emploi à temps plein ailleurs. Il n'y a rien de mal dans cette situation, sauf qu'il est facile de comprendre pourquoi certains membres du conseil municipal siègent pendant 20 ans, voire un quart de siècle.

L'avantage de s'incruster d'élection en élection est que l'on développe une expertise. En revanche, cela ne favorise pas l'éclosion d'une dynamique différente. Je suis d'avis qu'après trois mandats de quatre ans, soit 12 ans, un élu a donné ce qu'il avait à donner, sinon on se retrouve avec des sénateurs qui finissent par radoter. (...).

Jean Chenay, Sherbrooke

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer