Bris de confiance

ÉDITORIAL / Maintenant que l'onde de choc est passée, les dirigeants politiques... (The New York Times)

Agrandir

The New York Times

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Denis Dufresne
La Tribune

(Sherbrooke) ÉDITORIAL / Maintenant que l'onde de choc est passée, les dirigeants politiques tant ici qu'ailleurs dans le monde n'auront d'autre choix que de composer avec le nouveau président élu Donald Trump et de vivre une période d'incertitude, voire d'instabilité, au cours des prochains mois.

Car l'attitude agressive et vulgaire de M. Trump en campagne électorale, tout comme ses positions réactionnaires, protectionnistes et xénophobes n'ont rien de rassurant, d'autant plus que les États-Unis constituent la première puissance économique et militaire mondiale.

Les politiciens de la droite populiste ont d'ailleurs été les premiers à saluer son élection, notamment Marine Le Pen, cheffe de l'extrême droite en France, Vladimir Poutine, l'autocrate président de la Russie, et Rodrigo Duterte, le président des Philippines qui, depuis son arrivée au pouvoir en mai dernier, a lancé une guerre contre les revendeurs de drogue qui a fait plus de 3000 morts jusqu'ici.

Comme il allait s'y attendre, la réaction de nombreux dirigeants européens, dont celle du président français François Hollande, du chef de la diplomatie allemande, Frank-Walter Steinmeier, et du président du Parlement européen, Martin Schulz, a été beaucoup plus circonspecte en raison de l'imprévisibilité du nouveau président.

Tous ont exprimé leur inquiétude en ce qui a trait au rôle futur des États-Unis au sein des alliances internationales, à la lutte contre le terrorisme et aux conflits au Moyen-Orient, de même que pour ses propos sur les femmes et les minorités. Bref, la confiance règne...

À la suite du scrutin de mardi soir, le nouveau président élu a toutefois rompu avec le ton revanchard qu'il avait adopté en campagne électorale et a voulu rassurer les partenaires internationaux des États-Unis.

M. Trump a même lancé un appel à l'unité du peuple américain, ce qui est un peu surréaliste en raison de ses déclarations passées et de ses politiques de division, qu'il s'agisse de déporter les millions d'immigrants mexicains illégaux aux États-Unis, d'interdire l'entrée des musulmans aux États-Unis ou encore de son mépris affiché des femmes, des Afro-Américains et même des personnes handicapées.

Pour l'heure, on sait que Donald Trump entend dès son entrée en fonction, le 20 janvier prochain, annoncer son intention de lever les restrictions imposées à la production d'énergies fossiles, de stopper les paiements prévus aux Nations unies pour les programmes de lutte aux changements climatiques et de renégocier l'Accord de libre-échange nord-américain (ALENA).

Il ne lui restera plus qu'à renier l'Accord de Paris sur les changements climatiques.

Bien que la remise en question de l'ALENA par M. Trump vise surtout le Mexique, de nouvelles restrictions commerciales à l'importation pourraient avoir un impact direct sur le commerce entre le Canada et les États-Unis.

L'enjeu est de taille puisque les échanges de biens et de services entre les deux pays ont totalisé 670 milliards $ en 2015 et représentent des centaines de milliers d'emplois au Canada.

Les économies du Canada et des États-Unis sont certes fortement intégrées, mais devant le discours protectionniste de Donald Trump, Ottawa devra se montrer ferme pour préserver un accès libre au marché américain pour les entreprises canadiennes exportatrices.

Le président élu a promis tout au long de sa campagne de redonner sa grandeur à l'Amérique

En élisant M. Trump, les électeurs américains ont certes envoyé le message que les choses doivent changer, qu'il s'agisse de stopper l'exode des emplois de qualité vers des pays émergents comme le Mexique ou d'immigration.

Mais cela ne doit pas se faire au détriment de ses relations avec les autres pays, dont son voisin du Nord et principal partenaire commercial.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer