Espoir pour Raïf Badawi

La semaine dernière, le Canada a officiellement demandé la libération de Raïf... (Archives La Tribune, René Marquis)

Agrandir

Archives La Tribune, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Pierre-Yvon Bégin

Collaborateur aux pages Opinions de La Tribune.

La Tribune

La semaine dernière, le Canada a officiellement demandé la libération de Raïf Badawi. Ministre des Affaires étrangères, Stéphane Dion a imploré la clémence du roi Salmane pour celui qui est emprisonné depuis quatre ans pour insulte à l'islam. Aussi minime soit-elle, cette intervention directe pourrait bien signifier une avancée du célèbre blogueur vers la liberté. Il n'a jamais été aussi près de rejoindre sa femme et ses enfants réfugiés à Sherbrooke.

Nous n'en sommes bien sûr pas encore là, mais il s'agit assurément d'un progrès significatif dans ce dossier depuis longtemps. Stéphane Dion a profité de la visite au Canada du président de la Commission saoudienne des droits de l'homme pour aborder la question. Ce personnage est aussi chef de la délégation saoudienne au Conseil des droits de l'homme de l'ONU, où l'Arabie Saoudite vient d'être admise. Ministre du Développement international et de la Francophonie, Marie-Claude Bibeau l'a également rencontré.

En apparence inactif, le dossier de Raïf Badawi évolue certainement. Il y a quelques semaines à peine, des rumeurs évoquaient la reprise de sa flagellation. En novembre 2014, il était condamné à dix ans de prison, 300 000 $ d'amende, l'interdiction de quitter le pays et 1000 coups de fouet.

La scène mondiale est fertile en rebondissements ces temps-ci. La bataille pour chasser l'État islamique d'Irak et de Syrie s'accompagne forcément de multiples tractations secrètes impliquant directement l'Arabie Saoudite. L'élection d'un nouveau président aux États-Unis, surtout si Donald Trump devait l'emporter, va aussi entraîner un bouleversement de la géopolitique sur le globe. Dans cet univers en mouvance, seront nombreuses les occasions pour le Canada de jouer un rôle déterminant dans son historique rôle de médiateur.

Justin Trudeau a radicalement modifié la politique extérieure du Canada. Axée sur la paix et le dialogue, cette nouvelle orientation tranche avec la position belliqueuse de l'administration Harper. Les démonstrations de profonde amitié entre Stephen Harper et Benjamin Netanyahou d'Israël ne devaient pas particulièrement plaire aux monarchies du Golfe persique.

En moins d'un mois, le Canada a obtenu la libération de deux Canadiens détenus à l'étranger. Condamné pour espionnage et emprisonné durant deux ans en Chine, Kevin Garratt est rentré au pays en septembre dernier. Sa libération est survenue deux semaines après la fin du voyage de Justin Trudeau dans l'Empire du Milieu. Puis, Homa Hoodfar, professeure à la retraite de l'Université Concordia, a été libérée d'Iran après 110 jours de prison. Une semaine plus tôt, Justin Trudeau avait évoqué son cas lors de son passage aux Nations unies.

Ces libérations devraient redonner courage aux proches de Raïf Badawi. Elles démontrent l'utilité du changement de cap par le Canada, qui revient à une « diplomatie tranquille », à l'abri des projecteurs. Diplomate à la retraite, Marius Grinius confiait récemment à iPolitics que « la diplomatie du mégaphone » donne peu de résultats.

L'Arabie saoudite est une monarchie. Aucun politicien et encore moins un monarque n'apprécie perdre la face sur la place publique. Les représentants saoudiens ont d'ailleurs gentiment rappelé au Canada que Raïf Badawi est d'abord un Saoudien et que la loi saoudienne, la charia islamique, se trouve au-dessus des lois et traités internationaux.

Amnistie internationale a raison de maintenir la pression sur le gouvernement Trudeau et l'Arabie saoudite. L'autorisation de vendre des véhicules blindés légers à ce pays en avril dernier est d'ailleurs fort discutable. Reste que la diplomatie canadienne s'active visiblement en sourdine, au point d'espérer la libération prochaine de Raïf Badawi.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer