Oui à l'agrandissement de la Résidence Murray

Je suis pour le projet d'agrandissement de la Résidence Murray parce que... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Je suis pour le projet d'agrandissement de la Résidence Murray parce que celui-ci permettra d'augmenter le nombre de personnes âgées qui pourront être hébergées à un coût abordable, près des hôpitaux et du Centre de réadaptation Estrie.

Les inconvénients réels sont la perte de vue pour quelques-uns. Il n'y aura pas d'augmentation de l'achalandage dans le secteur, à l'exception du personnel supplémentaire. Du reste, les stationnements sont déjà tous pleins sur la rue Murray. Le quartier Est est le secteur à développer pour les aînés et j'aurai probablement besoin, un jour, de cette résidence pour pouvoir continuer à vivre dans le Carré Saint-Jean-Baptiste.

Michel L'Espérance, 

Sherbrooke

Où sont les penseurs américains?

À une semaine de l'élection présidentielle américaine, je ne sais trop ce qui se passe. Depuis le début de la campagne électorale, peu d'intellectuels ou de penseurs américains ont exprimé leur opinion sur le niveau et le contenu des débats de cet important exercice démocratique aux États-Unis. (...)

Jamais je n'aurais pensé qu'un tel climat aurait caractérisé la campagne électorale de nos amis américains en vue d'une élection aussi cruciale où, selon moi, la majeure partie des débats a porté, du moins jusqu'ici, sur des questions d'infidélité sexuelle alors que beaucoup d'autres sujets incontournables auraient dû être discutés.

Il y a, aux États-Unis, près de 320 millions d'habitants et une pléiade d'universités renommées où on retrouve un grand nombre de penseurs indispensables et peu d'entre eux ont demandé aux candidats d'avoir plus de contenu, alors que le peuple américain est de plus en plus désabusé (...).

Dans ce tourbillon électoral, est-ce que les technologies commenceraient à noyer l'art de la démocratie? Le célèbre écrivain français Georges Bernanos soulignait qu'« Un monde gagné pour la technique est perdu pour la liberté. Le danger est là! Aussi, il ne faut pas juger le peuple américain en fonction des débats qui ont caractérisé la présente élection présidentielle et rappeler qu'il a continuellement soif de liberté.

Mais interrogeons-nous, toutefois, sur le rôle que les intellectuels américains ont joué pendant cette triste campagne électorale 2016.

Réjean Beaudoin, Sherbrooke

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer