L'impasse

Aussi nécessaire soit-il, le projet d'interconnexion Québec-New Hampshire... (Archives, La Presse)

Agrandir

Aussi nécessaire soit-il, le projet d'interconnexion Québec-New Hampshire que veut construire Hydro-Québec soulève non seulement un enjeu environnemental, mais également éthique.

Archives, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Denis Dufresne
La Tribune

ÉDITORIAL / Aussi nécessaire soit-il, le projet d'interconnexion Québec-New Hampshire que veut construire Hydro-Québec soulève non seulement un enjeu environnemental, mais également éthique.

Car le projet de ligne électrique de 79 kilomètres entre le poste des Cantons, à Val-Joli, et la frontière du New Hampshire risque de discréditer le travail des citoyens, organismes et municipalités qui obtiennent des servitudes de conservation.

Le litige tient au fait que le dernier tronçon de 15 kilomètres nécessite le déboisement d'un nouveau corridor de 53 mètres de largeur qui doit contourner le mont Hereford, mais traverser un massif forestier intégré à une servitude de conservation sous la responsabilité de l'organisme Forêt Hereford.

Ce territoire de 5400 hectares, non fragmenté, a été légué il y a quelques années par la famille Tillotson afin d'être préservé pour les générations futures.

Les organismes environnementaux comme Nature Québec et Corridor appalachien estiment avec raison que ce projet traduit un manque de respect envers les personnes qui lèguent des aires naturelles et les organismes qui en assurent la pérennité.

En outre, cela ne risque-t-il pas de nuire à la crédibilité du système de donation écologique?

Ce projet illustre également le dilemme entre l'acceptabilité sociale et l'intérêt public : pour Hydro-Québec, une interconnexion avec cet État américain va se traduire par un contrat d'approvisionnement de 1,4 milliard $, dont une partie servira au financement des services publics, ce qui bénéficiera à tous les Québécois.

En revanche, le fait que la toute puissante société d'État dispose d'un pouvoir d'expropriation et refuse d'enfouir sa future ligne électrique, en raison de coûts qu'elle juge prohibitifs et de l'impact financier que cela aurait sur sa clientèle, laisse bien peu de marge de manoeuvre aux groupes environnementaux.

D'autant plus que la Loi sur la conservation du patrimoine naturel prévoit que dans le cadre d'un projet d'intérêt public comme une ligne électrique, une entreprise dispose de pouvoirs d'expropriation, même dans un parc national.

On connaît pas la décision que rendra le Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE), qui tenait jeudi sa dernière journée de consultation à Sherbrooke.

Malgré la position ferme d'Hydro-Québec, une coalition de groupes écologistes, dont le Conseil régional de l'environnement de l'Estrie, Nature Québec et Corridor appalachien réclame qu'Hydro-Québec enfouisse la ligne électrique sur une distance de 18 kilomètres pour préserver la zone de conservation.

La société d'État l'avait fait il y a près de 30 ans avec une ligne sous-fluviale entre les postes Grondines et Lotbinière pour préserver le paysage.

Malheureusement, les priorités ne sont pas les mêmes au sud de la frontière puisqu'une portion de 96 kilomètres de la future ligne électrique sera souterraine pour des raisons de conservation et de protection du paysage.

La notion de protection des paysages est plus présente aux États-Unis et en Europe, où les États prennent en compte l'apport des paysages au plan économique, notamment le tourisme, la valeur des propriétés, l'aspect culturel et la préservation pour les générations futures.

La situation est d'autant préoccupante que la servitude de conservation de Forêt Hereford est la plus importante dans la région et que l'Estrie ne compte que 3,2 pour cent d'aires protégées, loin des objectifs gouvernementaux de 17 pour cent d'ici 2020.

Devant l'impasse qui se dessine, Hydro-Québec doit envisager un tracé alternatif afin de protéger ce bien collectif que représente la forêt Hereford et respecter les citoyens, organismes et municipalités qui se sont mobilisés pour assurer sa préservation.

À tout le moins, elle devrait s'engager à prendre en charge à long terme les impacts de la construction et de l'exploitation de sa ligne électrique.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer