Un regroupement souhaitable

En 1957, Caritas-Sherbrooke fondait un organisme Les paniers de Noël. (Archives, La Tribune)

Agrandir

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Point de vue
La Tribune

En 1957, Caritas-Sherbrooke fondait un organisme Les paniers de Noël.

Il y avait plusieurs bénévoles qui achetaient de la nourriture et qui faisaient la distribution jusqu'au 24 décembre. Dans les années 1970, lors d'une émission animée par M. Rock Guertin, celui-ci touché par tant de pauvreté s'est impliqué. Dès lors, l'organisme Paniers de Noël est pris en charge par M. Guertin et devient les Paniers de l'espoir. De par sa notoriété, il a réussi avec ce nouvel organisme qui a connu un succès phénoménal. À ce moment, l'organisme s'occupait uniquement des paniers de Noël.

En 1987, Caritas ( l'abbé Desève Cormier ) a eu l'idée de la nécessité d'une banque alimentaire et donna le mandat à Gilles Duquette de concrétiser le projet. En 1988, celui-ci démissionna de Caritas pour démarrer la banque alimentaire en prenant en charge sa direction. Le premier local se trouvait au sous-sol d'un magasin. Avec le temps et le travail de plusieurs bénévoles, Moisson Estrie a pris beaucoup d'envergure en fonctionnant toute l'année. La Ville de Sherbrooke a donné un local, situé sur la rue Daniel.

Depuis quelques années, la Fondation Rock Guertin a changé de vocation, car, en plus des paniers de Noël, l'organisme a répondu à une demande croissante en faisant des collectes et en fonctionnant toute l'année. Maintenant il y a deux organismes avec les mêmes orientations. J'ai lu dans La Tribune que Moisson Estrie veut déménager.

Je trouve que c'est beaucoup de dépenses. Pourquoi ne pas jumeler les deux organismes? On économiserait des milliers de dollars en frais d'administration, en frais de locaux et ce montant pourrait servir à l'achat de nourriture plutôt que de payer des salaires. Il me semble que ce serait plus logique et ce sont les bénéficiaires qui en profiteraient. Je ne comprends pas ce déménagement car l'édifice actuel est la propriété de Moisson Estrie. Avec le nombre croissant de demandes, ce serait plus efficace pour les bénéficiaires. Je préfère donner pour de la bouffe aux plus démunis que de donner pour des salaires.

Denise Bergeron, ex-secrétaire Caritas-Sherbrooke de 1968 à 1976

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer