Well Inc. : le gouvernement doit contribuer au projet

Le maire de Sherbrooke, Bernard Sévigny, annonçait récemment un vaste projet de... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Point de vue
La Tribune

Le maire de Sherbrooke, Bernard Sévigny, annonçait récemment un vaste projet de revitalisation de la rue Wellington Sud en vue d'y créer un quartier de l'entrepreneur. Au coeur de ce projet réside l'idée de regrouper des organismes de développement économique liés à la municipalité dans un même immeuble. Alors que depuis des décennies l'économie de notre ville dépend des services publics, il s'agit de réduire cette dépendance qui peut être néfaste, comme l'a prouvé la politique d'austérité gouvernementale qui aurait coûté 60 millions à l'économie de Sherbrooke. Dans ce contexte, il faut saluer ce projet.

En même temps, les questions posées par des citoyens et des élus d'opposition sont légitimes. Combien ce projet coûtera-t-il au total? Combien rapportera-t-il, notamment sur le plan des emplois? Sans doute que la Ville apportera des réponses à ces questions dans les prochains mois. Mais ne nous faisons pas d'illusions, un tel projet comporte une part de risque.

Pour réduire ce risque, et pour augmenter les bénéfices potentiels, il faut que le gouvernement du Québec contribue puissamment au projet, notamment sur le plan financier. Surtout que le développement économique est une compétence partagée entre la Ville et le gouvernement. Si on souhaite vraiment que les principaux services offerts aux entreprises se retrouvent tous dans un même immeuble, il importe qu'Investissement Québec et le ministère de l'Économie, de la Science et de l'Innovation, entre autres, se joignent pleinement au projet.

Si un tel projet amélioré grâce à une plus grande participation du gouvernement voit le jour, et qu'il s'inscrit ainsi dans la tradition économique québécoise qui depuis la Révolution tranquille mise autant sur l'État que sur les entreprises de chez-nous, alors il sera digne de recevoir un appui encore plus grand et d'abriter un prestigieux immeuble qui pourrait porter le nom du père de cette tradition, Jacques Parizeau.

Guillaume Rousseau, Sherbrooke

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer