Il nous faut plus que des «pinottes»

Le 7 octobre est la Journée mondiale pour le travail décent. À cette occasion,... (Archives, La Presse)

Agrandir

Archives, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Point de vue
La Tribune

Le 7 octobre est la Journée mondiale pour le travail décent. À cette occasion, le Front de défense des non-syndiqués, le Collectif pour un Québec sans pauvreté, la Centrale des syndicats du Québec (CSQ), la Confédération des syndicats nationaux (CSN) et la Centrale des syndicats démocratiques (CSD) lancent aujourd'hui à Montréal la Campagne nationale 5-10-15 $, « Il nous faut plus que des pinottes ».

Cette campagne s'articule autour de trois revendications qui permettraient de grandes avancées pour les travailleuses et travailleurs bas salariés : le droit d'obtenir son horaire de travail 5 jours à l'avance, le droit de disposer de 10 jours de congé payés par année pour la maladie ou les responsabilités familiales et le droit de gagner un salaire minimum de 15 $ l'heure.

Au Québec, près d'un million de travailleuses et travailleurs gagnent moins de 15 $ l'heure. Même à temps plein, ces conditions ne permettent pas de sortir de la pauvreté. La précarité économique s'accentue encore plus lorsqu'une personne doit s'absenter pour la maladie ou pour une responsabilité familiale. Les normes minimales du travail au Québec ne prévoient aucun congé payé pour couvrir ces urgences. De plus, la vie personnelle et familiale devient un casse-tête quand l'employeur ne donne pas l'horaire de travail à l'avance. Les normes minimales du travail n'imposent aucune obligation concernant l'attribution des horaires.

La Campagne 5-10-15 $ met de l'avant des propositions concrètes afin de contrer des inégalités économiques au Québec. Il faut renverser la précarisation du travail. L'emploi devrait donner l'accès à un salaire décent, aux avantages sociaux, à la formation et à l'avancement.

Il faut rappeler que plus de 90 % des emplois au salaire minimum se retrouvent dans le secteur des services et ne sont donc pas soumis à la concurrence étrangère. Les analyses de l'Institut de la statistique du Québec et bon nombre d'études internationales démontrent qu'il n'y a pas eu d'effet négatif pour l'emploi lors des augmentations importantes.

Mentionnons, en terminant, que les participantes et les participants au lancement vont conclure l'événement par une marche symbolique qui se déplacera notamment devant les bureaux du Conseil du patronat et de la Fédération canadienne de l'entreprise indépendante. Des sacs de « pinottes » seront symboliquement déposés aux deux endroits.

Les porte-paroles en Estrie pour la Campagne 5-10-15 $

Manon Brunelle, Illusion-Emploi

Line Marcoux, Comité régional estrien pour un Québec sans pauvreté

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer