Une nouvelle guerre du 2X4

ÉDITORIAL / À cinq jours de la date butoir, les négociations en vue du... (Archives, La Presse)

Agrandir

Archives, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Denis Dufresne
La Tribune

(Sherbrooke) ÉDITORIAL / À cinq jours de la date butoir, les négociations en vue du renouvellement de l'accord sur le bois d'oeuvre entre les États-Unis et le Canada sont dans l'impasse et l'industrie appréhende déjà un conflit commercial potentiellement coûteux, ce qui démontre à nouveau la persistance d'un réflexe protectionniste chez nos voisins du Sud.

Le Conseil de l'industrie forestière du Québec s'attend même à l'imposition, par le gouvernement américain, d'une taxe pouvant aller jusqu'à 25 pour cent.

En fait, l'histoire se répète puisque depuis le début des années 80, les pourparlers entre le Canada et les États-Unis sur le bois d'oeuvre ont toujours été ardus et se sont souvent soldés par des affrontements.

Au fil des négociations passées, les Américains ont multiplié les recours légaux et les enquêtes sur des allégations de subventions et de dumping.

Et chaque fois, les tribunaux de l'Accord de libre-échange nord-américain (ALENA) et de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) ont donné raison au Canada. Mais en vain dirait-on.

L'accord de 2006, échu depuis un an, avait été conclu après cinq ans de batailles juridiques, le Département américain du commerce accusait Ottawa de subventionner son industrie forestière.

Il jugeait également que les producteurs de bois d'oeuvre, utilisé notamment dans les charpentes de construction, vendaient leurs produits au rabais et qu'il s'agissait donc de dumping... Un refrain connu.

Et ce n'est pas le discours protectionniste du candidat républicain Donald Trump, qui se dit prêt à renier l'ALENA, ni celui de la candidate démocrate Hillary Clinton, qui souhaite réexaminer cet accord, qui vont améliorer les choses.

En outre, un récent communiqué du lobby américain U.S. Lumber Coalition est sans équivoque : l'organisme, qui a reçu l'appui de 41 membres de la Chambre des représentants, réclame une nouvelle entente « pour mettre fin aux pratiques commerciales canadiennes injustes ».

Les auteurs de la lettre, parrainée par un représentant démocrate de l'Orégon et un représentant républicain du Montana, soutiennent que le bois d'oeuvre canadien est « lourdement subventionné » et vendu au rabais en comparaison au prix des produits américains similaires dans un libre marché.

Le U.S. Lumber Coalition estime que les pratiques « déloyales » du Canada ont mis à mal l'industrie américaine et demande le rétablissement d'un climat propice à l'investissement et à la création d'emplois.

La partie est donc loin d'être gagnée pour les exportateurs canadiens de bois d'oeuvre.

Avec l'échéance du délai de grâce d'un an accordé au Canada à la suite de la fin de l'accord, en 2015, des plaintes pourraient être déposées par la partie américaine dès le 15 octobre et le processus judiciaire qui devrait suivre entre les deux pays ne sera pas terminé avant plusieurs mois, de l'avis d'André Tremblay, PDG du Conseil de l'industrie forestière du Québec.

L'enjeu de ces négociations entre les États-Unis et le Canada est de taille, notamment pour le Québec qui exporte chaque année 2,5 milliards de pieds mesure de planche (PMP) aux États-Unis.

Au prix de 400 $ le mille pieds, une taxe de 25 pour cent priverait l'industrie de revenus de 250 millions $, avec les conséquences que l'on peut imaginer sur l'emploi et une multitude de communautés de la province.

L'industrie forestière québécoise a certes perdu des milliers d'emplois au cours des dernières années, en raison notamment des guerres commerciales passées, mais elle donne encore du travail à 60 000 personnes (exploitation forestière, transformation et pâtes et papiers), dont 4300 en Estrie.

Devant une partie américaine visiblement intraitable, Ottawa devra agir avec fermeté et aider financièrement l'industrie en attendant le règlement de ce nouveau litige.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer