La réalité

ÉDITORIAL / Il faut se réjouir du projet de déménagement de Moisson Estrie dans... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Denis Dufresne
La Tribune

(Sherbrooke) ÉDITORIAL / Il faut se réjouir du projet de déménagement de Moisson Estrie dans des locaux plus vastes, ce qui lui permettra de récupérer davantage de viande auprès des commerçants en vue de la redistribuer aux organismes d'aide aux personnes démunies.

L'organisme d'aide alimentaire et de lutte à l'exclusion sociale prévoit s'installer d'ici mars 2017 dans l'édifice de la Fondation du CHUS, angle Woodward et 10e avenue, un local d'une superficie trois fois supérieure à celle dont il dispose à ses installations de la rue Daniel.

Le projet doit toutefois obtenir l'aval de la Ville de Sherbrooke puisqu'il nécessite un changement de zonage.

Mais, peu importe où déménagera cet organisme, ce projet d'expansion traduit malheureusement une augmentation du nombre de personnes et de ménages pauvres qui doivent compter sur les banques alimentaires et les restos populaires pour se nourrir.

Et, à consulter les statistiques de Moisson Estrie, cette situation n'est pas à la veille de se résorber.

En cinq ans, le nombre d'organismes de la région à qui Moisson Estrie redistribue des aliments a pratiquement doublé, passant de 18 à 32, en plus de cinq écoles.

En moyenne, 4000 personnes sont dépannées chaque mois par ces organismes, une clientèle composée à 75 pour cent de bénéficiaires de l'aide sociale (familles, femmes monoparentales,

immigrants, jeunes hommes et aînés).

Uniquement au service de dépannage de Moisson Estrie, les demandes d'aide ont bondi de 25 pour cent en 2014-2015 et de 10 pour cent cette année.

Huit pour cent des Québécois vivent de l'insécurité alimentaire.

Les coupes budgétaires dans les services sociaux et de santé, tout comme au sein des organismes d'entraide, ont placé de plus en plus d'individus dans des situations de grande vulnérabilité, ce qui est inadmissible dans une société riche comme le Québec

Dans son dernier rapport, la Protectrice du citoyen, Raymonde Saint-Germain, observe que ce sont les personnes vulnérables qui ont payé le prix des mesures d'austérité du gouvernement Couillard pour l'atteinte du déficit zéro, un constat rejeté du revers de la main par le premier ministre.

Selon lui, « les discours sur les personnes vulnérables, les discours sur la solidarité, avec des finances publiques déséquilibrées et un endettement chronique, ce n'est que du vent, ça ne veut rien dire pour la population ».

Bref, la compassion et la justice sociale ne sont pas à l'ordre du jour de ce gouvernement, même si l'année financière 2015-2016 s'est soldée par un surplus de 1,8 milliard $.

À cela s'ajoute le projet de Loi 70 visant à permettre une meilleure adéquation entre la formation et l'emploi ainsi qu'à favoriser l'intégration en emploi.

Le but peut sembler louable, mais les organismes de lutte à la pauvreté estiment que les pénalités financières qui seront imposées aux premiers demandeurs d'aide sociale qui ne se soumettront pas au programme constituent un déni des droits de la personne.

En outre, faut-il rappeler qu'un rapport de la Direction de la Santé publique de l'Estrie a fait récemment un sombre portrait des conditions de vie au centre-ville de Sherbrooke, avec des problèmes de faible revenu, de détresse psychologique, d'isolement et d'insécurité alimentaire?

La pauvreté est là, plus que jamais.

L'assainissement des finances publiques est nécessaire afin de ne pas surendetter les prochaines générations, mais cela ne doit pas se faire sur le dos des démunis.

M. Couillard a beau dire avec une touche de mépris que ces problèmes n'intéressent pas la population, cela ne dispense pas son gouvernement de devoir prendre ses responsabilités et d'adopter des mesures progressistes pour aider les plus mal pris, au lieu de les ignorer.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer