Pour un programme au service des gens

La Coalition estrienne de l'aide sociale s'indigne du fait que le gouvernement... (Archives, La Presse)

Agrandir

Archives, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La Coalition estrienne de l'aide sociale s'indigne du fait que le gouvernement songe à  l'adoption du projet de loi 70 sous bâillon.  Ce n'est pas une option démocratique et démontre le peu de respect et d'écoute du gouvernement et de son ministre. Malgré l'opposition et la grogne manifestées lors de mobilisations, de mémoires et de multiples dénonciations de ce projet par des organismes, chercheurs universitaires, etc., le ministre du Travail, de l'Emploi et de la Solidarité sociale, François Blais, continue de vouloir couper les prestations de base.

Les membres de la Coalition estrienne de l'aide sociale appuient la proposition d'un programme Objectif emploi au service des gens présenté par la Coalition Objectif dignité au ministre Blais.

Premièrement, la réintroduction de la rencontre initiale entre la personne qui fait une demande d'aide sociale et un agent d'aide socioéconomique. Cependant, les agents devront être en nombre suffisant pour répondre aux demandes. D'ailleurs, précisons que toutes les personnes assistées sociales devraient y avoir accès, et non seulement celles qui font une première demande.

Pour la Coalition estrienne de l'aide sociale, l'État devra livrer la marchandise pour que le programme fonctionne. Il devra réinvestir dans les services pour que les agents d'aide socioéconomique soient disponibles rapidement, tout en tenant compte des situations particulières de certaines personnes qui, par exemple, vivent loin d'un centre local d'emploi ou ne peuvent se déplacer.Les agents devront pouvoir faire preuve de toute la souplesse nécessaire.

Deuxièmement, l'annulation des coupures à la prestation de base en cas de non-participation au programme Objectif emploi et une harmonisation des montants d'allocation qui devraient être octroyés aux participants.

Finalement, la Coalition estrienne tient à souligner que, même avec l'allocation de participation de 260 $ proposée par le ministre Blais et reprise dans son scénario, le revenu des personnes assistées sociales demeurerait nettement insuffisant pour leur permettre de couvrir leurs besoins de base, ce qui constitue en soi un obstacle majeur à la réinsertion en emploi.

Line Marcoux, Comité régional estrien pour un Québec sans pauvreté

Manon Brunelle, Illusion Emploi

Geneviève Bouchard, Action Plus

Alain Roy, Association des locataires de Sherbrooke

Jimmy Forgues, Solidarité populaire Estrie

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer