Priorité nationale

Québec vient de lancer une vaste consultation dans le but d'accoucher d'une... (Archives La Tribune, René Marquis)

Agrandir

Archives La Tribune, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Pierre-Yvon Bégin

Collaborateur aux pages Opinions de La Tribune.

La Tribune

Québec vient de lancer une vaste consultation dans le but d'accoucher d'une politique de la réussite « éducative ». Le terme est jugé plus inclusif que la simple réussite scolaire par le ministre de l'Éducation et de la Famille, Sébastien Proulx. S'il doit s'enfarger de la sorte dans les fleurs du tapis, l'exercice risque de rater son objectif, soit de relever les taux de diplomation.

Tous les intervenants ont salué la tenue de cette consultation. Il est certes difficile de s'opposer à pareille entreprise, d'autant que les derniers états généraux remontent à 1995 sous la gouverne du ministre Jean Garon. Sébastien Proulx promet d'ailleurs d'être à l'écoute lors de cette « grande messe », une formule que sa formation politique a tellement raillée.

Après avoir sabré dans le budget de l'Éducation, le gouvernement de Philippe Couillard semble revenir à de meilleures dispositions. Il s'engage maintenant à le rehausser de 3,5 % par année. Comme s'il voulait diminuer les attentes, il prévient qu'il est illusoire « de penser qu'un simple ajout de ressources va miraculeusement régler les enjeux ». C'est vrai, sauf qu'assurées d'un financement stable, les directions d'institutions d'enseignement vont pouvoir enfin se consacrer à leur mission plutôt que d'avoir continuellement à se demander où couper.

Le gouvernement Couillard porte une lourde responsabilité. Ses compressions ont affecté tout le réseau qui a été contraint de réduire les services aux élèves. Sa consultation est assurément la bienvenue. Il doit cependant s'attendre à de sévères critiques et à être perçu comme celui qui a tout bousillé. Comme l'enfant qui a démonté son jouet pour savoir comment il fonctionne, penaud, il demande aujourd'hui l'aide de ses parents pour le remonter.

Philippe Couillard a d'ailleurs servi de la pommade aux enseignants en disant qu'il y a de « grands experts » dans nos écoles. Il a bien raison, mais il est fort à parier que le personnel ne se laissera pas endormir par ces belles paroles. Québec caresse aussi l'idée d'imposer la création d'un ordre professionnel, souhaitant améliorer la préparation et la formation continue des enseignants. Les syndicats ont déjà refusé ces propositions et vont se battre bec et ongles pour s'y opposer. Présidente de la Centrale des syndicats du Québec, Louise Chabot a répété que le dossier est clos et qu'il est temps de s'occuper des « vraies affaires », soit la réussite des jeunes.

Pour favoriser cette réussite et l'atteinte du potentiel de tous les élèves, le gouvernement propose dans son document de consultation d'aborder divers sujets. Il entend notamment discuter des services de garde et du développement de la maternelle à 4 ans en milieu défavorisé. Il compte aussi se pencher sur le défi particulier de la réussite chez les garçons et l'implication d'entreprises privées avec les élèves en formation professionnelle.

Le ministre Proulx propose aussi d'instaurer un cours obligatoire d'éducation financière au secondaire, d'élargir l'enseignement de l'anglais en 6e année du primaire et d'offrir l'apprentissage du codage informatique. De bonnes idées, mais somme toute accessoires, un peu comme la façon de disposer les meubles à l'intérieur d'une maison.

La vraie question à laquelle le ministre devrait répondre concerne la maison elle-même et l'atmosphère qui y règne. Est-ce que l'éducation est une priorité nationale vers laquelle tous les efforts de l'État doivent être engagés? Si tel est le cas, aucune raison ne pourra dorénavant être invoquée pour justifier une réduction de budget ou détruire des mezzanines destinées à favoriser la lecture.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer