Prise de conscience

ÉDITORIAL / La décision du Directeur des poursuites criminelles et pénales... (Archives, La Presse)

Agrandir

Archives, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) ÉDITORIAL / La décision du Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) de ne pas porter d'accusation criminelle contre le serveur du restaurant Le Tapageur qui, en mai dernier, avait servi par mégarde un tartare de saumon à un client allergique est évidemment une bonne nouvelle pour le secteur de la restauration.

Outre son dénouement heureux pour le serveur, cette affaire a fait sonner l'alarme au sujet des allergies alimentaires tant auprès des restaurateurs que de leurs clients et permis jusqu'à un certain point de préciser la notion de responsabilité partagée.

Le risque zéro n'existe pas en matière d'allergie alimentaire.

Les restaurateurs ont le devoir d'exercer un contrôle rigoureux des produits allergènes et des risques de contamination croisée, autant dans les cuisines que dans la salle.

Du reste, plusieurs se sont munis d'un auto-injecteur d'épinéphrine (EpiPen) pour parer à l'imprévu.

En revanche, le client qui se sait allergique doit bien sûr en aviser le serveur, mais il a aussi la responsabilité de s'assurer que le plat qu'on lui sert est bien celui qu'il a commandé, en plus d'avoir sur lui un auto-injecteur. Il s'agit là d'une précaution élémentaire.

D'ailleurs, il est étonnant que le client en cause dans cette affaire, Simon-Pierre Canuel, n'eût pas d'auto-injecteur sur lui alors qu'il se savait sévèrement allergique au saumon.

N'eût été l'intervention rapide de deux médecins qui se trouvaient dans la salle, l'homme de 34 ans aurait pu y laisser sa peau.

Toutefois, jusqu'où va la responsabilité du restaurateur ou du serveur en matière d'allergie alimentaire? Peut-on imposer toute cette charge à des personnes dont le métier est par définition stressant et où la satisfaction du client repose sur moult détails?

L'arrestation du serveur, à la suite d'une plainte déposée par le client, une première au Canada, avait soulevé l'inquiétude dans le monde de la restauration et fait craindre aux personnes allergiques de se voir refuser le service dans les restaurants.

L'Association des restaurateurs du Québec (ARQ) avait évoqué la possibilité que ses membres ne servent plus les personnes allergiques advenant que le jeune homme soit reconnu coupable.

L'organisme estimait que le dépôt d'une plainte de négligence criminelle contre un serveur constituait un dangereux précédent et envoyait un message équivoque.

Aujourd'hui, l'ARQ se réjouit de la tournure des événements.

Il faut maintenant espérer que la décision du DPCP calme le jeu et permette à tous, clients et restaurateurs, de prendre conscience de leurs responsabilités propres, d'autant plus que le problème des allergies alimentaires affecte de plus en plus de personnes.

Justice sociale

L'annonce, inattendue, par le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, d'abolir à compter de janvier prochain les frais accessoires liés à des soins assurés par le régime d'assurance maladie du Québec répare une injustice sociale, pourvu que la facture ne soit pas refilée indirectement aux contribuables au bout du compte.

Les patients n'auront donc plus à payer pour des produits d'anesthésie, l'azote et les gouttes ophtalmologiques, notamment, dont le coût sera dorénavant assumé par les médecins.

Cette décision s'imposait devant le tollé soulevé par ces frais qui variaient d'un endroit à l'autre et qui allait s'amplifiant avec les années.

Plusieurs citoyens et groupes, dont la Fédération de l'âge d'or du Québec, avaient déposé en mai dernier un recours judiciaire en Cour fédérale pour les faire interdire, estimant qu'ils contrevenaient à la loi canadienne sur la santé.

En outre, le vérificateur général du Québec avait constaté que le ministère de la Santé encadrait mal ces frais facturés en clinique et ne disposait pas d'un portrait d'ensemble des coûts imposés aux patients.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer