Une signature architecturale sherbrookoise

Le projet d'agrandissement du musée des beaux arts suscite les passions. Bien... (Espace vital Architecture)

Agrandir

Espace vital Architecture

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le projet d'agrandissement du musée des beaux arts suscite les passions. Bien qu'il soit louable de « marquer l'époque » par une signature architecturale contemporaine, le nouveau patrimoine bâti doit refléter la personnalité et les besoins des citoyens qui vivent au jour le jour autour de ces installations. De plus, la proximité de la rivière dans le cas du musée des beaux arts doit cette fois-ci retenir davantage l'attention.

À ce propos, avouons que certains projets antérieurs ont laissé des séquelles permanentes dans notre paysage et que la population a toutes les raisons de se méfier. La Place des Moulins au centre-ville, par exemple, fut un navrant « trip d'architecte » qui voulait « marquer l'époque » plus que servir les citoyens. Cette construction aurait pu devenir un « landmark » de Sherbrooke. Avec le choix coûteux (et douteux) d'utiliser une masse démesurée de béton et de granite, plutôt que des matériaux et un design qui se seraient fondus dans le paysage bucolique de la jonction de nos deux rivières, la beauté du lieu a été saccagée, la vue et l'accès bloqués pour toujours. Navrant, car cet endroit potentiellement magnifique n'attire pratiquement personne à moins qu'on y tienne un événement organisé.

Le centre Jean-Besré est un autre exemple peu édifiant; bien que fort apprécié pour sa fonctionnalité à l'intérieur, l'extérieur du bâtiment a des allures de boîte de métal qui ternit le paysage de cette section déjà peu esthétique de notre cité.

À l'opposé, ce qui s'est construit autour du lac des Nations au cours des dernières années ne mérite que des éloges. L'architecture paysagiste, les condos et l'hôtel Times (de natures contemporaines), s'intègrent parfaitement et valorisent le milieu environnant, ce qui a pour effet d'attirer des milliers de personnes. Donc oui, Sherbrookois, soyons ouverts à une architecture de notre époque... mais demeurons vigilants puisque nous en sommes les principaux usagers et que l'image projetée vers nos visiteurs potentiels doit porter notre signature et non seulement la signature d'une firme d'architectes.

Denys Leclaire Sherbrooke

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer