Je m'ennuie de mon Provigo

Ah vraiment, jamais je n'aurai été aussi consciente de l'importance d'un marché... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Ah vraiment, jamais je n'aurai été aussi consciente de l'importance d'un marché à proximité de chez soi ! Quand mon Provigo a fermé pour cause d'incendie, je me suis sentie en perte de repères citoyens. Je réalise maintenant à quel point un marché-près-de-chez-soi devient subtilement un lieu de rencontres fortuites et contribue à la qualité relationnelle entre voisins, au développement d'une culture intergénérationnelle au contact des jeunes universitaires.

Et, je m'ennuie des beaux sourires des employés: aux légumes, à la boulangerie ou aux viandes, à la caisse et à l'empaquetage, on constatait le soin qu'ils prenaient à bien faire leur travail. J'aimais tellement voir ces étudiantes et étudiants vaillants qui, eux aussi, nous facilitaient les transactions et s'empressaient de trouver pour nous ce que nous n'avions pas vu sur les tablettes. Et que dire de ces regards bienveillants des gérantes et propriétaires qui s'assuraient que tout fonctionne! Pour moi, ce Provigo, rue Galt, est un exemple social concret de commerces qui savent mettre en avant-plan leur relation avec les clients! Comme beaucoup de personnes à qui j'en parle, j'ai hâte qu'il ouvre ses portes à nouveau, car je m'ennuie de mon Provigo!

Léane Arsenault, résidente, arrondissement Mont-Bellevue

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer