Enfin la rentrée!

Le retour en classe a sonné pour des... (Archives La Tribune, René Marquis)

Agrandir

Le retour en classe a sonné pour des milliers d'élèves au Québec.

Archives La Tribune, René Marquis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Pierre-Yvon Bégin

Collaborateur aux pages Opinions de La Tribune

ÉDITORIAL / Le retour en classe a sonné pour des milliers d'élèves au Québec. Les chanceux! À la seule Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke (CSRS), près de 25 000 élèves des niveaux préscolaire, primaire et secondaire reprennent ce matin le chemin de l'école. Dans une effervescence unique, tous ces jeunes vont ainsi aller chercher les clefs leur permettant d'ouvrir le coffre d'un brillant avenir.

Les 6000 étudiants du Cégep de Sherbrooke ont déjà repris les cours, tandis que les 2400 de Bishop's et les 20 000 de l'Université de Sherbrooke reprendront le collier cette semaine. À ce flot s'ajoutent bien sûr le personnel de soutien et les enseignants. Tout ce monde forme une puissante force au coeur de l'activité sociale et économique de la ville. Sherbrooke, ville étudiante.

La rentrée est souvent marquée par des célébrations. Ces dernières années, les diverses associations étudiantes et le Service de police ont collaboré pour tenter d'harmoniser l'arrivée d'autant de jeunes en nos murs. À l'Université de Sherbrooke, la clientèle provient à plus de 80 % de l'extérieur de la région. Il est donc normal de s'attendre à un certain rajustement. Soulignons ainsi l'heureuse initiative de la Fédération des étudiants de l'Université de Sherbrooke. En relève à l'institution, celle-ci va assumer les coûts du service de navette pour amener les jeunes au centre-ville les jeudis soirs et lors d'activités sociales.

Si l'on devait attribuer de mauvaises notes entourant cette rentrée, mentionnons la Ville de Sherbrooke. Pourquoi a-t-on attendu la rentrée pour réaliser des travaux autour des écoles Montcalm, du Boisé-Fabi, Hélène-Boullé et du Coeur-Immaculé?

Il y a aussi la CSRS qui a finalement procédé à la démolition des mezzanines de lecture, une initiative exceptionnelle afin de favoriser la persévérance scolaire. Question sécurité, la Commission scolaire n'avait pas d'autre choix. Son erreur a été de procéder à leur destruction sans avancer de solution de rechange.

Il y a par contre des gestes plus heureux. Mentionnons ici l'initiative des paniers de la rentrée de la Fondation Rock-Guertin. Près de 275 familles dans le besoin ont ainsi pu profiter de la générosité des Sherbrookois. Elles ont reçu un panier d'épicerie d'une valeur de 300 $, ce qui leur laissera de la marge de manoeuvre pour assumer les autres coûts associés à la rentrée. Notons aussi le don de 250 sacs à dos contenant tout le matériel scolaire par le Club Rotary à des enfants de première année. Quelle belle façon de souligner le début de l'ascension vers la connaissance!

Une étude de la firme Ernst & Young démontre qu'il en coûte 400 $ par enfant en fournitures, vêtements et chaussures, en hausse de 4,5 % cette année. Le Québec est ainsi invité à imiter l'Ontario qui défraie depuis cinq ans toutes les fournitures scolaires essentielles.

Enfin, un mot de félicitations pour le Cégep de Sherbrooke qui permet dorénavant aux étudiants trans de choisir leur nom en fonction de leur identité de genre. Rappelons qu'auparavant, un étudiant devait s'adresser à chaque enseignant pour lui demander de respecter son orientation. La nouvelle a été reprise à travers tout le Québec.

En ce jour de rentrée scolaire, il est bon de rappeler que 60 millions d'enfants dans le monde n'ont pas accès à l'éducation. Selon l'UNESCO, les filles, les handicapés, les autochtones et les enfants en zone de guerre sont particulièrement privés de ce droit universel. Ici, nous avons la chance de compter sur un réseau bien établi. Bonne rentrée à tous.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer