Des sanctions plus sévères

ÉDITORIAL / Le gouvernement du Québec doit sanctionner plus sévèrement... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sherbrooke) ÉDITORIAL / Le gouvernement du Québec doit sanctionner plus sévèrement l'utilisation du cellulaire au volant devant la forte augmentation des infractions, qui sont passées de 11 485 en 2008, année de son interdiction, à plus de 66 000 en 2014.

Car, visiblement, les messages de sensibilisation ne passent pas auprès des automobilistes qui conversent ou textent au volant, plutôt que d'utiliser un dispositif mains libres.

La criminalisation de l'utilisation du cellulaire au volant par la voie du Code criminel canadien, comme le demande le ministre des Transports du Québec, Laurent Lesssard, assorti d'un durcissement des sanctions, constitue la voie à suivre.

La ministre fédérale de la Justice, Jody Wilson-Raybould, a toutefois indiqué jeudi qu'elle n'avait pas l'intention de le faire.

Selon elle, il existe déjà des lois provinciales pour contrer cette pratique dangereuse.

Les opinions des coroners divergent au sujet des pénalités à imposer aux automobilistes qui conduisent en utilisant leur téléphone.

Ainsi, la coroner Renée Roussel recommande l'interdiction complète du cellulaire au volant, y compris avec le système « Bluetooth », qui constitue également une source de distraction selon elle.

Par contre, le coroner Michel Ferland prône la criminalisation de son utilisation et une hausse du montant de l'amende, notamment, tandis que son confrère Yvon Garneau a recommandé à la Société de l'assurance automobile du Québec, en 2013, que les contrevenants reçoivent neuf points d'inaptitude.

À l'heure actuelle, les automobilistes fautifs doivent payer une amende de 80 à 100 $ et obtiennent quatre points d'inaptitude ce qui, visiblement, n'a pas d'effet dissuasif.

Toutefois, l'interdiction complète du cellulaire au volant, comme le recommande la coroner Renée Roussel, nous apparaît une mesure trop sévère.

Elle pénaliserait nombre d'automobilistes qui utilisent le téléphone cellulaire pour leur travail et parfois leur sécurité, que l'on songe aux camionneurs au long cours, aux agents immobiliers ou aux livreurs.

Les dangers de conduire avec un cellulaire à la main pour converser ou texter ne sont plus à démontrer : aux États-Unis comme au Canada, cette façon de faire est à l'origine de nombreux accidents de la route, parfois mortels.

Et cela autant sur les autoroutes que dans les villes ou les villages.

En novembre dernier, une dame de 75 ans a été happée mortellement en plein jour dans le village de Saint-Alexandre-de-Kamouraska par un automobiliste qui, selon la Sûreté du Québec, était « accaparé » par son téléphone.

En mars dernier, un jeune camionneur est mort sur une autoroute de Laval après avoir embouti l'arrière d'un semi-remorque, vraisemblablement parce que son attention était concentrée sur son cellulaire.

Modifier les comportements des automobilistes délinquants est difficile, prend du temps et nécessite des sanctions sévères.

De plus la société évolue : des agissements tolérés hier ne sont plus acceptés aujourd'hui.

Et, en matière de sécurité routière les exemples sont nombreux.

Il a fallu des années pour que la répression de la conduite d'un véhicule avec les facultés affaiblies commence à porter ses fruits.

Aujourd'hui, ce comportement criminel n'est plus acceptable socialement, ce qui n'empêche pas, malheureusement, que l'alcool au volant soit encore la principale cause des accidents au Québec et fait chaque année de nombreuses victimes innocentes.

Il en va de même avec le dépassement d'un autobus scolaire à l'arrêt : avec les années les infractions ont diminué, mais certains automobilistes ne comprennent toujours pas.

Dans le cas de l'utilisation illégale du cellulaire au volant, qui est devenue un fléau sur les routes, le ministre Lessard doit donc y aller avec des mesures plus coercitives.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer