Les suppléments de fluorure non homologués par la FDA

En janvier 2016, la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis, le... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Point de vue
La Tribune

En janvier 2016, la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis, le pendant américain de Santé Canada, a ordonné à un manufacturier de suppléments de fluorure de cesser immédiatement de les manufacturer, car de tels suppléments n'ont été jamais approuvés. En fait, la FDA ne possède pas la preuve de leur efficacité et de leur innocuité pour la santé. La vente d'un médicament ou d'un supplément n'est permise que lorsque la démonstration rigoureuse de leur efficacité et de leur innocuité est faite. Pourtant, contrairement à la fluoration de l'eau, les suppléments de fluorure sont, eux, fabriqués dans des conditions sanitaires strictes, avec du fluorure de sodium de qualité pharmaceutique. La dose de chaque comprimé est précise et le dosage recommandé est dicté sur l'étiquette selon l'âge des patients. Tout le contraire des fluorures servant à la fluoration. Alors, pourquoi seraient-ils plus sécuritaires et efficaces qu'un supplément, étant de qualité industrielle? La FDA aurait des difficultés à les homologuer parce que la dose administrée n'est pas contrôlable, parce qu'ils sont impropres à la consommation humaine et parce qu'ils ne sont pas manufacturés, empaquetés, transportés et entreposés dans des conditions sanitaires.

Les suppléments de fluorure sont vendus en pharmacie aux États-Unis, ceci en contravention avec la loi fédérale et celles d'aux moins 17 de ses États interdisant la vente de médicaments non homologués par la FDA. La plupart des grandes chaînes de pharmacies continuent d'en vendre sous de fausses présentations.

Les produits industriels de la fluoration, utilisés dans un dessein éminemment thérapeutique, ne sont ni approuvés par la Food and Drug Administration, ni par Santé Canada, ni comme des médicaments, ni comme des produits de santé et ni comme des sources d'un nutriment pour la fortification. Pourtant, les autorités de la santé du Québec laissent croire que ces produits sont une source de fluorure thérapeutique une fois dilués dans l'eau. Comment est-ce possible s'ils ne sont approuvés par aucun organisme gouvernemental réglementaire autorisé pour le faire? Il y a un truc fallacieux pour y parvenir : faire croire qu'ils sont classés comme des produits de traitement de l'eau et d'en appliquer les normes, malgré qu'ils ne traitent pas l'eau pour la rendre potable, mais bien les gens qui boivent cette eau. C'est la tactique du leurre et de la substitution.

Gilles Parent, naturopathe agréé

Coauteur de La fluoration : autopsie d'une erreur scientifique

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer