• La Tribune > 
  • Opinions 
  • > Les aînés sont-ils utiles dans nos sociétés modernes? 

Les aînés sont-ils utiles dans nos sociétés modernes?

Pour débuter cette lettre sur le rôle des aînés dans notre société, je vais... (Archives La Tribune)

Agrandir

Archives La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Point de vue
La Tribune

Pour débuter cette lettre sur le rôle des aînés dans notre société, je vais vous raconter une histoire.

Il était une fois un peuple qui vivait sur une immense île. Le gouvernement de ce pays a décrété une loi stipulant que, dorénavant, aucun habitant âgé de 60 ans et plus ne devrait vivre dans ce pays. Après que tous les aînés ont été éliminés, c'était leur grande joie, car il n'y avait plus de personne âgée de 60 ans et plus qui vivait dans l'île. C'était le bonheur!

Sur cette île, il y avait une immense forêt remplie de très beaux arbres. Or, le gouvernement a décidé de construire une maison de style tout en bois.

Après que les arbres nécessaires à la construction de la bâtisse ont été abattus, ils ont constaté que personne ne savait bâtir des maisons. À ce moment, ils ont réalisé leur erreur : ils avaient effacé le savoir. Or, un jeune homme se présente à eux en leur disant qu'il aimait tellement son grand-père, qu'au lieu de faire mourir celui-ci, il était allé le cacher dans la forêt. Après avoir été cherché ce vieillard, ils ont construit leur maison du peuple, le savoir était revenu parmi eux.

Comme on peut le voir, d'après cette histoire, les aînés sont indispensables dans nos sociétés modernes. Des milliers font du bénévolat dans différents organismes communautaires. Ils font travailler des milliers de personnes dans les résidences pour personnes âgées. Ils font vivre les restaurants, les agences de voyages, les cinémas, les salles de spectacle. Ils font du mentorat auprès des jeunes dans les entreprises. Ils sont devenus des acteurs sociaux aussi incontournables que les partis politiques ou les syndicats.

Le vieillissement de la population n'est certainement pas à prendre à la légère. Puisqu'une personne sur cinq aura plus de 60 ans en 2050, voyons le vieillissement non comme un déclin, mais comme une opportunité pour toute la société. Chacun y gagnera à ne pas se cacher, à ne pas marginaliser la vieillesse, mais à la voir comme une richesse disponible et un atout à employer dignement.

Bertrand Beaulieu

Sherbrooke

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer