À défaut d'un carrefour giratoire...

Récemment, des investissements importants ont été consacrés au prolongement du... (Spectre Média, Jessica Garneau)

Agrandir

Spectre Média, Jessica Garneau

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Récemment, des investissements importants ont été consacrés au prolongement du boulevard de Portland dans le parc industriel. Parmi les infrastructures, une piste cyclable en plein centre du boulevard, entre des murs bétonnés (pas très bucolique) et un tunnel construit à grand coût pour permettre le passage des vélos sous la route 220.

Étant un avide usager du vélo pour me déplacer en ville, je devrais théoriquement me réjouir, mais je suis aussi un contribuable et là, franchement, je trouve difficile de suivre l'ordre des priorités de la Ville de Sherbrooke en la matière. (...). Un exemple flagrant : le carrefour des rues de Portland/Belvédère/Queen et Montréal, un lieu où règne depuis toujours la confusion la plus totale, autant pour les automobilistes que les piétons et cyclistes. Ayant fait récemment l'objet de travaux de voirie, il me semble que ce carrefour méritait plus qu'une simple réfection de l'asphalte. Située (...) à proximité deux écoles, de la bibliothèque municipale et d'édifices gouvernementaux, c'eût été un lieu de prédilection pour un carrefour giratoire... et sans y ajouter un tunnel!

De plus, les récents changements apportés à la voie cyclable sur le boulevard Queen n'ont malheureusement qu'ajouté à la confusion; en effet, la piste qui arrive du Nord le long de l'école Mitchell s'arrête soudainement avant la jonction fatidique, laissant cyclistes et automobilistes devant l'incertitude... d'un carrefour aléatoire. Demandons à nos décideurs, lorsqu'il est question de voies cyclables, de former dans les plus brefs délais un comité de consultation avec des gens qui utilisent le vélo comme moyen de transport. Cela évitera « les erreurs de parcours ».

Denys Leclaire, Sherbrooke

Une meilleure organisation

Chaque année, nous allons au gala du Mondial des cultures de Drummondville. Rien à redire sur les prestations des groupes de danseurs. Quant à l'organisation et le lieu de présentation, il y a selon nous beaucoup à revoir. Une salle trop petite, des sièges inconfortables et non accessibles aux personnes qui arrivent après le souper. De plus, les gens placent des vêtements sur une chaise dès le matin de sorte que tous les sièges sont réservés (...). Pourquoi ne pas augmenter le prix d'entrée et attribuer des sièges à ceux et celles qui veulent payer pour une place réservée? (...).

Jean Roberge, Québec

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer