Une stratégie gagnante d'Hillary Clinton

Hillary Clinton est la personne la plus expérimentée... (The New York Times)

Agrandir

Hillary Clinton est la personne la plus expérimentée et la plus qualifiée à avoir jamais brigué la présidence américaine.

The New York Times

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Gilles Vandal

(Sherbrooke) Dans la foulée de la convention démocrate et des erreurs répétées de Donald Trump, les sondages accordent une avance aussi élevée en date du 4 août que 15 % en faveur d'Hillary Clinton. Néanmoins, Mme Clinton ne doit pas prendre l'élection comme gagnée d'avance. En 1988, Michael Dukakis disposait le 26 juillet d'une avance de 17 % contre George H. W. Bush et Bush remporta les élections.

Les primaires démocrates et républicaines ont été marquées par une volonté de changement. Les succès électoraux de Sanders et Trump en sont la preuve manifeste. Par contre, Hillary Clinton est apparue comme la candidate de l'establishment, comme le symbole de la continuité.

Cette continuité apparaît encore plus dans la campagne présidentielle. Pourtant, plus de 60 % des Américains sont insatisfaits et considèrent que les États-Unis ne vont pas dans la bonne direction. Comment Hillary Clinton peut-elle alors miser justement sur une politique de continuité?

D'ailleurs, Hillary Clinton part avec un handicap important puisque 64 % des Américains ne la considèrent pas comme étant honnête et ne lui font pas confiance. Toutefois, Donald Trump obtient une note encore plus mauvaise à ce niveau. La stratégie de Trump a consisté jusqu'ici à transformer l'élection présidentielle en un référendum sur Hilary Clinton. Manifestement, cette stratégie n'a pas fonctionné. Pire encore, Mme Clinton a réussi à faire de l'élection un plébiscite contre Trump.

Mme Clinton est la personne la plus expérimentée et la plus qualifiée à avoir jamais brigué la présidence américaine. En contrepartie, Donald Trump apparaît non seulement comme inexpérimenté, mais ses sorties intempestives et inconsidérées ont amené plusieurs anciens fonctionnaires, hauts conseillers républicains et généraux, dont John Allen, Michael Morell et Brent Scowcroft, à affirmer que Trump était inapte à assumer le poste de commandant en chef et que son élection mettrait en danger la sécurité nationale des États-Unis. En conséquence, ces derniers ont accordé ouvertement leur soutien à Mme Clinton.

Si Trump se présente comme le changement, il n'a fait jusqu'ici que tenir un discours négatif sur la situation de la société américaine, sans proposer de mesures concrètes pour rendre leur grandeur aux États-Unis. Par contre, Mme Clinton propose une vision globale sur la façon dont son administration pourrait répondre aux différents problèmes touchant la société américaine.

Les propositions de Mme Clinton s'inscrivent en continuité avec les politiques mises en place par Barack Obama. Or, il appert que le président Obama est très populaire : 54 % des Américains sont satisfaits de la façon qu'il remplit sa tâche, un taux de satisfaction similaire à ceux que Ronald Reagan et Bill Clinton avaient à la fin de leur deuxième mandat. Obama n'est donc pas blâmé par les Américains pour l'incurie de Washington.

Cette popularité d'Obama peut apparaître a priori étrange, car la portion des Américains qui se montrent les plus insatisfaits se situe chez les démocrates avec un taux de plus de 70 %. Ce paradoxe s'explique aisément si on considère que la majorité des Américains blâment d'abord le Congrès, dominé par les républicains, pour le dysfonctionnement du gouvernement fédéral.

Dans ce contexte, la stratégie de Mme Clinton consiste à se laisser porter par la popularité d'Obama. En se positionnant comme si elle sollicitait un troisième mandat pour Obama, Mme Clinton cherche justement à recréer la coalition qui a permis au président Obama de remporter deux élections. Cette coalition repose largement sur les femmes, les Afro-Américains, les Hispaniques et les musulmans, différents groupes que Donald Trump s'est mis à dos par des déclarations outrancières.

Plus encore, pour la première fois depuis au moins 50 ans, une majorité des électeurs ayant une formation universitaire est disposée à voter pour le Parti démocrate. Par contre, Mme Clinton, contrairement à Obama, a de la difficulté à inciter les jeunes à voter pour elle.

Par ailleurs, l'équipe Clinton sait que leur candidate ne peut pas l'emporter en comptant uniquement sur les erreurs de son adversaire. Il faut que sa campagne génère suffisamment d'enthousiasme pour connecter le pays à ses valeurs morales fondamentales. L'engagement d'Hillary Clinton en faveur de la justice sociale devrait lui attirer le soutien de l'aile progressiste. C'est uniquement ainsi qu'elle pourra être assurée que le vote en sa faveur sortira la journée des élections.

Mme Clinton a passé la première étape en ce sens. Le Parti démocrate a rapidement soigné ses blessures. Contrairement à un Parti républicain encore largement divisé, les partisans de Sanders se sont ralliés à 86 % derrière Mme Clinton.

Toutefois, Mme Clinton n'a pas le charisme de Barack Obama. Heureusement, elle dispose d'une organisation bien huilée dans chacun des États et le concours de milliers de bénévoles. Ces derniers sont déjà en campagne pour inscrire des milliers de nouveaux électeurs hispaniques et musulmans sur les registres électoraux. Cette étape est essentielle pour une victoire en novembre.

Nous sommes encore à trois mois des élections. Or un mois en politique est une éternité. Beaucoup d'événements peuvent survenir durant ce temps. Toutefois, Mme Clinton est consciente de la situation. Son équipe ne tient rien comme acquis. Plus encore, son organisation fonctionne comme si Mme Clinton traînait en arrière par cinq ou six points. Cette stratégie prudente est judicieuse. Elle permet de maximiser les efforts pour faire sortir le vote.

Gilles Vandal est professeur à la retraite de l'école de politique appliquée de l'Université de Sherbrooke

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer