Une femme intègre qui défendait la démocratie

La Fédération québécoise des chasseurs et pêcheurs (FédéCP) désire offrir ses... (123RF)

Agrandir

123RF

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La Fédération québécoise des chasseurs et pêcheurs (FédéCP) désire offrir ses condoléances à la famille et aux proches de Sylvie Roy, députée indépendante de la circonscription d'Arthabaska à l'Assemblée nationale.

La FédéCP a été surprise d'apprendre le décès de cette femme intègre qui comprenait les valeurs des chasseurs et des pêcheurs. Mme Roy a su représenter avec coeur et passion les citoyens de sa circonscription en prônant les valeurs de la démocratie. Elle s'est impliquée dans plusieurs grands dossiers et ses opinions visaient tout d'abord à défendre les droits de tous.

Elle a d'ailleurs été la première élue à faire preuve d'un grand courage politique, elle est demeurée la seule députée à s'opposer catégoriquement à l'adoption du projet de loi n? 64 : Loi sur l'immatriculation des armes à feu et à s'afficher publiquement contre la création d'un registre des armes de chasse.

Elle a constamment rappelé qu'au-delà des lignes de pensées prescrites par les partis politiques, les députés doivent représenter la volonté des électeurs. Madame Roy a de plus donné son appui à une pétition demandant le retrait du projet de loi 64, qui a recueilli 42 023 signatures.

»Elle était proche des gens»

Le chef de la Coalition Avenir Québec, François Legault, a fait la déclaration suivante après l'annonce du décès de Mme Sylvie Roy : « Je suis sous le choc. Pour moi comme pour l'ensemble de la famille de la CAQ, c'est une surprise totale. Nous sommes tous bouleversés.

Sylvie Roy a été tout le long de son passage parmi nous une battante. C'était une passionnée, qui était proche des gens, et qui n'avait pas peur de se battre pour ses idées. Elle représentait avec fierté la circonscription d'Arthabaska.

Il faut toujours se rappeler que c'est Sylvie qui a été la première à demander la tenue d'une commission d'enquête publique sur l'industrie de la construction. Elle avait le dossier de l'intégrité tatoué sur le coeur. Elle sera fortement regrettée par tous ses collègues de l'Assemblée nationale, où elle siégeait comme indépendante depuis l'an dernier.

À 51 ans, Sylvie était beaucoup trop jeune pour partir. Mère de deux enfants, elle laisse dans le deuil de nombreux proches et amis, dont sa propre mère, Monique Jacob. C'est à eux que je pense aujourd'hui. En mon nom et en celui de la CAQ, je veux leur adresser mes plus sincères condoléances. »

François Legault

Chef de la CAQ

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer