Vieillir heureux, est-ce possible?

Vieillir n'est pas une maladie, mais bien une... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Vieillir n'est pas une maladie, mais bien une nouvelle période de notre vie qui débute.

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Point de vue
La Tribune

Le philosophe Alain dit : « Il est impossible que l'on soit heureux si l'on ne veut pas l'être »; il faut donc vouloir son bonheur et le faire.

Vieillir n'est pas une maladie, mais bien une nouvelle période de notre vie qui débute. À nous d'y travailler afin qu'elle soit des plus heureuse. Malheureusement, ce n'est pas toujours le cas.

Beaucoup parmi nous ne sont pas capables d'esquisser le moindre sourire lorsque nous les rencontrons. Aucune réponse lorsqu'on leur dit bonjour; ils gardent le silence, incapables de répondre à ce bonjour.

Rien ne semble les intéresser à part attendre la mort. Ils sont devenus des morts-vivants. Aucune participation à des activités; ils passent la journée assis. Le pire ennemi de la personne âgée, c'est l'inaction. La meilleure façon d'oublier ses petits bobos, c'est de s'occuper et bouger.

Frédéric Lenoir, un philosophe français, dit que nous cherchons le bonheur en nous projetant dans le monde extérieur, alors qu'il se trouve en nous et dans la satisfaction profonde que nous pouvons tirer des petits plaisirs et des joies ordinaires de la vie, lesquels, pour la plupart ne coûtent rien.

En ce qui me regarde, je pourrais, avec tout ce que j'ai, ne pas être heureux. Je fais des efforts pour être joyeux. Je suis à l'affût des petits plaisirs, les reconnaître comme tels quand ils passent, et j'en jouis.

Malgré mon âge avancé, tout m'intéresse. Je me trouve trop jeune pour être inactif. Je crois encore qu'il est essentiel de donner un sens à ma vie. Avoir un but et le poursuivre, cela me procure beaucoup de bonheur, car vieillir c'est un cadeau de la vie. À nous d'en tirer profit. La vie est belle si nous faisons des efforts pour nous occuper de notre bonheur.

Mme Estelle Gobeil, décédée dernièrement, disait : « Si chacun fait sa part de la même façon, on forgera un monde meilleur ». Des éteignoirs, il y en a trop. Des bougies d'allumage, pas assez. On peut être, si l'on veut, une bougie d'allumage à tous les âges de la vie.

À nous d'ajouter de la vie à nos années et non des années à notre vie.

Bertrand Beaulieu,

Sherbrooke

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer