Dénoncer l'inacceptable

En réaction à l'éditorial de Denis Dufresne de vendredi dernier (« Taper sur... (Le Soleil)

Agrandir

Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Point de vue
La Tribune

En réaction à l'éditorial de Denis Dufresne de vendredi dernier (« Taper sur les plus faibles »), je voudrais dire que Mike Ward et ses comparses humoristes (..) sont des personnes intelligentes qui savent très bien, selon moi, distinguer liberté d'expression, vulgarité, discrimination, propos outrageants et manque de respect envers les plus vulnérables de la société.

Ils savent par contre qu'ils ont leurs adeptes et que c'est payant. Les autres font peut-être comme moi : fermer la télé et ne pas acheter de billets. Bravo au Tribunal des droits de la personne, j'espère que cela sa va inspirer une petite gêne à quelques autres et donner un meilleur exemple à nos enfants à qui on demande de respecter les différences des autres à l'école.

On ne tire pas avec des armes, mais avec des mots et ça aussi ils savent très bien que

ça laisse des cicatrices. Merci de dénoncer l'inacceptable.

Micheline St-Laurent

Sherbrooke

Un humour pauvre et dépourvu d'idées

Je salue les propos de l'éditorial de Denis Dufresne de vendredi dernier (« Taper sur les plus faibles ») et je partage sans réserve son point de vue et ses préoccupations.

Les différences apparentes (vulnérabilités) chez nos semblables sautent aux yeux et nous n'avons aucun effort à faire et aucun mérite à les reconnaitre.

Dès leur plus jeune âge, lorsqu'ils arrivent à parler, il nous est possible de constater chez nos enfants ce réflexe (instinct primitif) de relever les différences des personnes qui les entourent. Comme parents-éducateurs, si nous laissons libre cours à ces impulsions, il arrive trop souvent que celles-ci construisent les voies faciles et déplorables du dénigrement, de l'intimidation, du mépris, etc. Il ne nous reste qu'à souhaiter ardemment que vos propos suscitent une réflexion et un éveil chez ces personnes qui ne semblent pas ou peu connaitre la bonté humaine ou la bienveillance envers les autres. Force est de constater que certains adultes n'ont pas été sensibilisés à ces notions (...). Pour choisir la vulnérabilité d'une personne comme cible à l'humour et porter atteinte à sa dignité, il faut être vraiment pauvre et démuni en idées et en contenu et, surtout, ne pas réaliser que finalement l'on (l'artiste) porte atteinte à sa propre dignité professionnelle en agissant ainsi. Merci d'avoir pris le temps d'écrire sur ce sujet qui nous touche au premier plan comme organisation.

David Caron

Président-directeur général

Le Groupe Probex

Les Résidences Monchénou

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer