Liberté, égalité, fraternité

La tour Eiffel illuminée aux couleurs de la... (Associated Press)

Agrandir

La tour Eiffel illuminée aux couleurs de la France à la suite des attentats à Nice jeudi.

Associated Press

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Denis Dufresne
La Tribune

ÉDITORIAL / L'attaque de jeudi soir à Nice, survenue en pleine Fête nationale des Français, a une charge symbolique très forte dans ce pays dont la devise est «Liberté, égalité, fraternité», et inspire de prime abord la peur, la colère et l'incompréhension.

Elle commande en parallèle un élan de sympathie et de solidarité avec la France, qui en est à sa troisième attaque terroriste depuis 18 mois.

Mais comment répondre à un tel acte?

Car rien ne peut expliquer ou justifier qu'un jeune homme de 31 ans, citoyen français né en Tunisie, décide de foncer dans une foule au volant d'un camion poids lourd après avoir déjoué les forces de sécurité qui gardaient la célèbre Promenade des Anglais, fermée à la circulation pour le traditionnel feu d'artifice.

Les enquêtes en cours devront déterminer s'il existe des liens entre Mohamed Lahouaiej-Bouhlel et des organisations islamistes.

Mais dès hier, le premier ministre français Manuel Valls a estimé que le tueur est «un terroriste sans doute lié à l'islamisme radical».

Le Procureur de la République, François Molins, a lui rappelé que ce type d'attaque correspond aux appels lancés par le groupe État islamique, selon lesquels «tous les moyens de massacrer les infidèles sont bons», notamment en les renversant «avec votre voiture».

Chez nous, les premiers ministres Philippe Couillard et Justin Trudeau se sont contentés de déplorer un «acte insensé».

Cet acte barbare démontre malheureusement que nous sommes pas à l'abri de la menace terroriste.

Il risque de raviver la peur, de sorte les gouvernements vont resserrer leurs mesures de sécurité et nous rendre un peu plus prisonniers de nous-mêmes

L'attentat de Nice, qui a fait au moins 84 morts, rappelle ceux du Bataclan, à Paris, 130 morts en janvier 2015, de Bruxelles, 32 morts en mars dernier, d'Orlando, 50 morts le 14 juin, d'Istanbul, 44 morts le 28 juin, et de Bagdad, 300 morts le 3 juillet, tous revendiqués par le groupe État islamique.

Cette fois-ci, qu'il s'agisse de l'initiative d'un «loup solitaire» ou d'un acte commandé ou inspiré par un groupe extrémiste islamiste, cela ne change rien au fait qu'il s'agit d'une agression monstrueuse contre des civils innocents.

Et si la piste islamiste se confirme, il s'agira d'une nouvelle attaque barbare contre nos valeurs de démocratie, d'égalité, de laïcité et de liberté.

Évidemment, il est très difficile de prévenir de tels actes et on ne peut placer un policier derrière chaque citoyen.

Rémy Landry, professeur associé à l'École de politique appliquée de l'Université de Sherbrooke, estime toutefois qu'une présence policière et militaire adéquate peut permettre de mieux réagir et «de réduire les conséquences» de tels actes.

«Le monde est différent d'hier; la menace terroriste est plus diffuse (...). Il faut s'assurer que les agences de renseignement aient l'information et la partagent; il faut endiguer les messages de radicalisation, mais il est possible qu'on ait encore de type d'événement-là», ajoute-t-il.

Pour prévenir le terrorisme islamiste et réduire le pouvoir d'attraction des groupes radicaux, il faut bien sûr lutter contre les discours et la propagande radicale.

Mais il faut aussi assurer à tous les citoyens, d'ici comme ailleurs, une vie décente, l'accès à l'éducation et l'égalité des chances en emploi, ce à quoi les pays occidentaux ont échoué jusqu'ici.

Et démontrer davantage d'ouverture, de compassion et d'écoute avec les nouveaux arrivants, tout en établissant des balises claires au sujet des valeurs que nous défendons.

Mais tant que les conflits vont persister au Moyen-Orient et que l'État islamique aura les moyens de diffuser ses messages de haine contre l'Occident et de recruter ou d'inspirer des militants, d'autres attentats risquent de se produire.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer