Une norme désuète

Monsieur Gaétan Barrette, Ministre de la Santé et... (Archives La Tribune)

Agrandir

Archives La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Point de vue
La Tribune

Monsieur Gaétan Barrette,
Ministre de la Santé et des Services sociaux

Je suis une personne handicapée physique âgée de 35 ans, vivant seule en appartement depuis cinq ans. Je souffre d'ataxie non spécifique, probablement due à une malformation génétique. J'ai reçu le diagnostic à l'âge de 23 ans et ma condition physique est dégénérative. Mes symptômes tels que mes spasmes, mes problèmes de coordination, mon manque d'équilibre ainsi que mes convulsions me limitent dans l'exécution autonome des tâches quotidiennes. J'utilise un fauteuil roulant pour mes déplacements.

Étant donné ma condition, j'ai besoin de services en soutien à domicile. J'ai donc besoin d'aide pour me lever, me coucher, m'habiller, me nourrir, mon hygiène personnelle (bain, brossage de dents, aide pour aller aux toilettes, etc.), mes emplettes, la préparation de repas, l'entretien ménager, etc. Le total de mes heures reconnues par le réseau de la santé est de 28h15 par semaine. Un seul bain complet (corps et cheveux) par semaine m'est autorisé. J'estime que, dans la société d'aujourd'hui, cette norme est rendue désuète. Surtout, lorsqu'on apprend que la province de Québec a terminé avec un surplus de 1,8 milliard de dollars.

Je vous avoue qu'avoir uniquement un bain par semaine m'enlève le goût de m'impliquer socialement (bénévolat, activités sociales, etc.). Je vous informe que je suis une travailleuse sociale de formation et qu'il m'est rendu pénible de vivre en marge de la société. Monsieur Barrette, seriez-vous à l'aise de continuer à vaquer à vos occupations en prenant un seul bain par semaine? J'espère pour vous que votre type de cheveux ne soit pas gras et que vos pieds aient une bonne odeur... même en période estivale. Ces deux services n'entrent malheureusement pas dans les toilettes partielles reconnues par le réseau de la santé. Je n'ai pas les moyens financiers pour me payer ces services essentiels et je ne veux pas devenir un poids pour mes proches. D'ailleurs, l'organisme communautaire sans but lucratif, Handi Apte, qui a pour mission de travailler au maintien à domicile des personnes handicapées physiques de Sherbrooke, et ce, peu importe l'âge, appuie ma démarche.

Anne-Marie Vanasse,

Sherbrooke

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer