Une réflexion à faire

ÉDITORIAL / Le mouvement de grève des employés de 31 résidences privées pour... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Denis Dufresne
La Tribune

(Sherbrooke) ÉDITORIAL / Le mouvement de grève des employés de 31 résidences privées pour personnes âgées dans plusieurs régions du Québec permettra, souhaitons-le, de faire reconnaître le travail exigeant de ceux et celles qui veillent au bien-être des personnes, hommes et femmes, qui ont construit le Québec d'aujourd'hui.

On dit qu'une société se juge à la manière dont elle traite les jeunes générations et les anciennes générations.

Alors que de nombreux groupes comme Chartwell, qui est coté en Bourse, investissent des centaines de millions $ dans la construction de résidences pour aînés, une population en plein essor, et que le gouvernement se désengage de ce type de service en fermant des lits dans les Centres hospitaliers de soins de longue durée (CHSLD), une réflexion s'impose sur les conditions de travail de ces employés.

Ces derniers, pour la plupart regroupés au sein du Syndicat québécois des employés de service de la FTQ, demandent de faire passer leur salaire de 12,50 $ en moyenne à 15 $ l'heure dans le cadre de négociations avec les parties patronales.

On peut comprendre que les propriétaires ne disposent pas tous nécessairement de ressources financières importantes, mais compte tenu des compétences techniques et relationnelles que doivent avoir leurs employés, on peut penser que ces derniers méritent mieux.

Après tout, un salaire horaire moyen de 12,50 $ équivaut pratiquement à ce que gagnent les commis de grandes surfaces ou les emballeurs dans les commerces d'alimentation.

Dans les CHSLD gouvernementaux le salaire va de 18 à 20 $ l'heure en moyenne.

Yves Desjardins, PDG du Regroupement québécois des résidences pour aînés (RQRA), fait toutefois valoir qu'on ne peut comparer les résidences privées et les CHSLD, où, dit-il, la clientèle est plus lourde et demande davantage de soins.

Il reconnaît que le travail de préposé est exigeant et que le taux de roulement est important, « mais, dit-il, il faut tenir compte de la capacité de payer ».

Yves Couturier, professeur en Service social à l'Université de Sherbrooke et titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur les pratiques professionnelles d'intégration des services en gérontologie, souligne pour sa part que « c'est un métier où leur demande d'être productif, rationnel et attentionné pour un salaire modeste ».

« Chez les experts, il y a un large consensus selon lequel il faut mieux reconnaître ces gens-là », dit-il, ajoutant qu'il y a un important taux de lésions professionnelles et d'épuisement professionnel chez ces travailleurs.

Une réflexion s'impose donc sur leurs conditions et les soins offerts en résidences privées, et elle devrait se faire avec tous les acteurs impliqués : ministère de la Santé et des Services sociaux, employeurs et employés, comme l'a demandé la FTQ, mais sans résultat jusqu'ici.

Un combat inégal

La décision de la Ville de Lac-Mégantic de renoncer à poursuivre le Canadien Pacifique en lien avec le déraillement du convoi pétrolier de la Montreal, Maine & Atlantic, en juillet 2013, est compréhensible.

Selon le maire Jean-Guy Cloutier, le résultat d'un tel recours était incertain et son coût, entre 1 et 1,5 million $, était très élevé pour une municipalité de 6000 habitants.

De plus, en cas d'échec cela se serait traduit par une dette.

Cette affaire illustre le peu de moyens dont dispose cette municipalité meurtrie par une tragédie qui a fait 47 morts, et qui consacre énergie et argent pour sa reconstruction, contre une grande entreprise comme le CP qui, du reste, estime n'avoir rien à se reprocher et a refusé de contribuer au Fonds d'indemnisation des victimes de Lac-Mégantic.

Au départ, le combat était inégal.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer