Une grande tristesse

Lorsque j'avais 20 ans, il y a déjà 46 ans, nous ne connaissions pas les mots... (Associated Press)

Agrandir

Associated Press

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Lorsque j'avais 20 ans, il y a déjà 46 ans, nous ne connaissions pas les mots gai, lesbienne, bisexuel ou transgenre. Le vocabulaire utilisé à l'époque était « fifs » pour les hommes et « boutches » pour les femmes. Chaque utilisation de ces mots était remplie de mépris. Nous étions stupides.

La vie nous a ensuite fait connaitre des homosexuels et des lesbiennes qui sont devenus des compagnons et des compagnes de travail. Lentement, nos préjugés se sont dissipés (...) et ces personnes sont devenues Marie, Luce, Mathilde, Luc Étienne et Paul; ils sont nos amis. Nous avons compris que les choix sexuels de chaque homme et femme n'appartiennent qu'à lui et à elle. Nous sommes devenus moins stupides, beaucoup moins stupides.

Voilà qu'un fanatique religieux fou furieux a tué de sang-froid 49 personnes et en a blessé sérieusement plus de 29 autres dans un club de nuit d'Orlando. La seule raison de ce massacre étant que ces gens assumaient différemment leur vie sexuelle.

De plus dans cette époque où le fanatisme religieux assombrit tout ce qui vit, cette action totalement condamnable s'est produite en pleine campagne électorale aux États-Unis. La droite américaine étant subjuguée par Donald Trump, une grande gueule qui vomit sur tout ce qui bouge, ce dernier n'aura aucune retenue à utiliser cet acte de barbarie à des fins politiques.

L'heure est à la réflexion. (...). Aujourd'hui, aucune étiquette n'a de raison d'être, l'heure est à la solidarité. (...).

Jean Chenay, Sherbrooke

Une soirée de blues pour la sclérose en plaques

Un spectacle-bénéfice, samedi soir dernier au Duplessis café bistro, a permis d'amasser 400 $ pour l'Association de la sclérose en plaques (SLA) du Québec, provenant de contributions volontaires. Je tiens à remercier le propriétaire de l'établissement, Jean Bergeron, l'organisatrice de l'événement, Élyse Girard-Beaulieu, le groupe Ricky's Rockin Blues Band, de même que toutes les personnes présentes à cette belle soirée pour leur appui, leur empathie et leur générosité.

Je profite de l'occasion pour rappeler que la 11e édition de la marche pour la SLA a lieu le samedi 18 juin au parc Jacques-Cartier. Les inscriptions se feront au pavillon Armand-Nadeau à compter de 9 h 30 et la marche commencera à 11 h.

Jean Whissell, coordonnateur de la marche de 2016

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer