Améliorer l'environnement d'affaires du Québec

À l'approche de la fin de la session parlementaire à Québec, il convient... (Archives, La Presse)

Agrandir

Archives, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

À l'approche de la fin de la session parlementaire à Québec, il convient d'apprécier l'action gouvernementale des derniers mois en matière de développement économique et de jeter un regard vers les défis des prochains mois.

Ainsi, après avoir fait de la rigueur budgétaire une saine priorité dès le début de son mandat, on peut constater que le gouvernement du Québec s'est attaqué depuis le dernier budget à relancer plusieurs secteurs stratégiques. [...].

Tout en appuyant davantage sur ces accélérateurs, il ne faudrait pas en même temps appuyer sur les freins à la prospérité, là où le Québec accuse encore des retards majeurs, particulièrement au niveau de sa productivité, tant dans le secteur public que privé. À ce titre, rappelons qu'en Amérique du Nord, le Québec offre un environnement d'affaires parmi les plus réglementés, avec une fiscalité plus imposante, des services publics plus généreux, et, enfin, un cadre législatif des plus favorables en matière de syndicalisme et de conditions de travail. [...].

Dans cette perspective, le Conseil du patronat du Québec (CPQ) invite le gouvernement à éviter les écueils suivants, car ils peuvent nuire significativement à l'environnement d'affaires au Québec.

Législation du travail et filet social : tout en accordant une attention particulière aux plus démunis de la société, il faut prévenir une surenchère de demandes touchant notamment : les revendications syndicales dans le cadre de négociations à venir dans certains secteurs comme la construction et le municipal, un salaire minimum à 15 $, une bonification des retraites, une pension à vie et des alourdissements en matière de normes, d'équité et de santé et sécurité du travail. [...].

Réglementation : même si des efforts au sein d'un comité sont en cours en matière d'allègement, il faut mettre en oeuvre un véritable « cran d'arrêt » à la surréglementation [...].

Imputabilité et reddition de compte : le CPQ fait sienne la volonté de doter le Québec des meilleures pratiques d'éthique et de transparence, par contre, là encore, la quantité ne fait pas la qualité.

Par ailleurs, sur le plan de l'adéquation formation emploi-compétences, chacune des initiatives économiques gouvernementales devrait être accompagnée d'un plan d'action spécifique touchant la main-d'oeuvre. [...].

Bref, il faut s'affairer à rendre l'environnement d'affaires beaucoup plus concurrentiel au Québec, sans quoi, nous pouvons craindre que les efforts consentis par le gouvernement au chapitre de la rigueur budgétaire et de la relance économique n'atteignent pas les objectifs visés.

Yves-Thomas Dorval,

Président-directeur général

Conseil du patronat du Québec

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer