Tourner la page

Stephen Harper a fait ses adieux officiels.... (La Presse Canadienne)

Agrandir

Stephen Harper a fait ses adieux officiels.

La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Pierre-Yvon Bégin

Collaborateur aux pages Opinions de La Tribune.

La Tribune

Les militants conservateurs ont profité de leur dernier congrès pour tourner la page sur leur ancien chef. S'ils sont redevables à Stephen Harper d'avoir uni les forces de droite pour prendre le pouvoir à Ottawa, ils ont aussi compris qu'ils ont maintenant tout intérêt à s'en distancier. L'ex-premier ministre laisse un lourd héritage, un boulet que le pays et les conservateurs traîneront longtemps. Nul doute que Stephen Harper restera comme l'un des plus lugubres premiers ministres du Canada, tout autant que le détestable John Diefenbaker de la fin des années 50.

À ce congrès, Stephen Harper a fait ses adieux officiels. Depuis la défaite d'octobre dernier, l'ancien premier ministre s'était transformé en véritable courant d'air. Après une défaite aussi cuisante, la plupart des chefs politiques auraient préféré démissionner sur-le-champ plutôt que d'avoir à affronter les railleries adverses.

Mais pourquoi donc Stephen Harper demeure-t-il député de Calgary jusqu'à l'automne prochain? Pour demeurer fidèle aux électeurs de sa circonscription? Un reportage de Radio-Canada a révélé que le simple député y est tout autant absent. A-t-il besoin de son salaire à ce point? Celui qui s'est érigé en champion de la gestion des fonds publics devrait avoir maintenant la décence de renoncer à sa généreuse indemnité de départ.

Dans son discours, Stephen Harper a rappelé que sous sa gouverne le Parti conservateur avait fait des « pas de géant » au Québec. Certes, le leader tory a posé un geste marquant avec la reconnaissance de la nation québécoise. Pourtant, cette reconnaissance s'est avant tout avérée symbolique, sans véritables retombées concrètes.

S'il y a un gain réel au passage de Stephen Harper dans le siège de premier ministre du Canada, c'est bien la maîtrise des deux langues officielles. Comme le mentionnait l'analyste Michel C. Auger, Stephen Harper a remonté la barre pour les prochains candidats. Ceux et celles qui aspirent à occuper cette fonction prestigieuse devront dorénavant être en mesure de s'exprimer et dialoguer aisément autant en français qu'en anglais.

Malgré ses prétentions, Stephen Harper ne peut visiblement s'attribuer le mérite de l'élection d'une forte délégation de députés conservateurs dans la région de Québec. Cette vague bleue circonscrite à la région de la Capitale nationale revient d'abord au travail acharné de ses lieutenants comme Christian Paradis. La renommée personnelle des Gérard Deltell dans Louis-Saint-Laurent et Alain Rayes dans Richmond-Arthabaska a sûrement davantage joué que celle d'un Stephen Harper, le froid personnage qui tenait à poser chaque hiver avec le célèbre bonhomme de neige du Carnaval.

Sur la scène internationale, le Canada mettra des décennies pour effacer l'empreinte négative de Stephen Harper. Son « amitié » sans discernement envers Israël coûtera cher et éloignera pour longtemps le pays d'un siège au Conseil de sécurité de l'ONU. En matière économique, les traités de libre-échange auraient été conclus sans lui. Au plan environnemental, il est à espérer que l'incompréhensible retrait du protocole de Kyoto et le relâchement des règles pour les projets énergétiques ne viendront pas hanter les générations futures.

Les 400 militants conservateurs réunis à Vancouver ont compris qu'ils ont tout intérêt à rajeunir leur image. Ils ont fait un premier pas vers la reconnaissance des mariages gais et la décriminalisation de la marijuana. Sans le dire ouvertement, ils ont aussi le désir de reléguer Stephen Harper aux oubliettes et de respirer un vent d'air frais que pourrait apporter un nouveau leader, un chaleureux Bernard Lord par exemple, ancien premier ministre du Nouveau-Brunswick.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer