Pour une nouvelle approche avec la maladie de Lyme

Dr Alex Carignan, Dr Karl Weiss,Dr François Boucher,Dr Louis Valiquette, (Archives, La Voix de l'Est)

Agrandir

Archives, La Voix de l'Est

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dr Alex Carignan,
Dr Karl Weiss,
Dr François Boucher,
Dr Louis Valiquette,

Dans votre article paru dans La Tribune le 25 mai sous le titre «La maladie de Lyme: nouveau bastion de l'antiscience», vous tirez à boulets rouges sur l'International Lyme and Associated Diseases Society (ILADS) en les dépeignant comme une bande de rapaces, malhonnêtes et antiscientifiques.

Il n'y a rien de plus faux. Il s'agit seulement d'une association de médecins et de spécialistes, qui, au risque de perdre leur droit de pratique, ont écouté leurs patients et cherchent par tous les moyens à alléger leurs souffrances, même si pour cela ils doivent utiliser des moyens que vous qualifiez de «peu orthodoxes».

Vous ajoutez: «Cette vision de la maladie de Lyme n'est pas en accord avec la connaissance scientifique actuelle.» Ça va de soi. S'ils étaient en accord avec la connaissance scientifique actuelle, il n'y aurait pas de controverse sur le traitement de cette maladie. (...).

Je peux comprendre que le protocole avancé par l'ILADS vous répugne, d'autant plus qu'il est loin d'être facile à suivre tant pour le patient que le médecin, mais ce n'est pas une raison valable pour tenter de les discréditer comme vous le faites.

Votre article (...) représente l'opinion de tous les médecins généralistes ou spécialistes du Québec, mais ceci ne change rien à la réalité d'un patient face à ses souffrances. Le patient se tournera toujours vers celui qui l'écoute et non celui qui refuse de l'entendre, de le comprendre, de le traiter avec empathie. C'est vous et votre attitude dogmatique ainsi que votre indifférence à la quête des gens pour trouver une cause à leurs souffrances qui les poussent vers l'ILADS. (...).

J'espère aussi que votre article sera repris et diffusé partout; ainsi tous ceux et celles qui ne savent pas qu'il y a une alternative à votre deux à quatre semaines de doxycycline apprendront qu'il existe des médecins qui ont le souci de leur mieux-être. (...).

Si vous êtes si friand de science, commencez par relire et analyser sérieusement toutes les études, que vous qualifiez «d'excellente qualité», et sur lesquelles repose le guide d'intervention de la maladie de Lyme. Vous allez être surpris de la piètre qualité de ces études. Mettez-vous au travail et trouvez-nous une troisième approche typiquement québécoise qui répondra aux besoins des personnes, de plus en plus nombreuses, atteintes de la maladie de Lyme au Québec.

Daniel Bronsard,

Madeleine Carignan

Victoriaville

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer