Démocratie municipale?

Permettez-moi de commenter la nouvelle voulant que le Groupe Laroche, pour ne... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Point de vue
La Tribune

Permettez-moi de commenter la nouvelle voulant que le Groupe Laroche, pour ne pas perdre de temps, aurait éliminé un délai démocratique consensuel dans le monde municipal, voir un frein à ses affaires (La tenue du registre annulée à Brompton, La Tribune 10 mai).

Le Groupe Laroche aurait en effet utilisé pour son projet de Brompton le même stratagème que les promoteurs Custeau en 2015 afin d'éviter un scrutin référendaire pour leurs demandes de modifications de zonage sur Lionel-Groulx.

La renonciation par une majorité de personnes habiles à voter pour un scrutin légalement obligatoire deviendrait maintenant une norme pour nos promoteurs, une tendance qui semble vouloir s'établir à la Ville de Sherbrooke. Effectivement l'article 532 al. 3 de la Loi sur les élections et les référendums dans les municipalités (LERM) indique cette possibilité. Par contre, aucun citoyen n'en est avisé! Les avis publics ne font aucune mention de cette procédure exceptionnelle. Pas d'obligation! (...).

Des gens des Services juridiques auraient-ils conseillé aux demandeurs de se prévaloir de cet article? Sans aucun doute. Je le pense pour connaître personnellement le peu de considération que ces gens pensent de la consultation citoyenne. Le développement avant tout! (...).

Comme toutes les lois, la LERM ont été promulguées par nos législateurs pour consolider notre État de droit. (...).

Malheureusement, l'esprit des lois est souvent détourné, la lettre par contre est méticuleusement appliquée. Cette vision by the book est celle de Sherbrooke et de son maire notamment. Pourquoi se compliquer l'espace citoyen quand on peut faire simple et rapide!

Les avis publics qui paraissent (principalement dans La Tribune) par les Greffes de Sherbrooke ne font que se conformer au strict minimum de ce que la loi prévoit. (...).

Peu les lisent, tous se perdent dans des détails ennuyants qui noient le sens du règlement. Aucune précision ou mise en contexte. (...)..

Le déficit de démocratie dans notre ville provient du type de gouvernance de ceux qui nous dirigent. Élus, élues, cadres, sans oublier les bailleurs du fonds électoral du maire Barnard Sévigny, tous et toutes sous sa « gouverne ». On ne mord pas la main qui nous nourrit.

Les avis publics ne font aucune mention qu'un promoteur peut couper l'herbe sous le pied des simples citoyens. Pour annuler un registre, les signatures qu'ils recueillent se font d'avance, dans des conditions inconnues, de concert avec les autorités responsables de l'application de la Loi! (...).

Pierre Bouchard, 

Sherbrooke

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer