• La Tribune > 
  • Opinions 
  • > Semaine nationale de sensibilisation aux victimes et survivants d'actes criminels 

Semaine nationale de sensibilisation aux victimes et survivants d'actes criminels

Il y a quelque temps déjà, on m'a menacé à la pointe d'un couteau afin de me... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Point de vue
La Tribune

Il y a quelque temps déjà, on m'a menacé à la pointe d'un couteau afin de me voler. Je n'ai pas eu le temps de comprendre ce qui m'arrivait que déjà l'agresseur avait pris la fuite.

J'ai composé le 911 afin qu'on me porte secours. J'étais dans un mauvais état, mon corps tremblant, sans aucune possibilité de le contrôler.

Les policiers m'ont proposé le soutien d'une intervenante du CAVAC (Centre d'aide aux victimes d'actes criminels), ce que j'ai accepté.

L'intervenante est venue nous retrouver rapidement. Elle m'a expliqué que les réactions de mon corps étaient tout à fait normales, après ce que j'avais vécu. Elle a été réconfortante, et lorsque j'ai dû me rendre au poste de police afin que mon récit de l'événement soit mis par écrit, elle a proposé de m'y accompagner.

L'intervenante du CAVAC a pris du temps avec moi après la mise par écrit afin de me permettre de ventiler sur ce que je venais de vivre. Elle a vérifié comment je me sentais et s'est assuré que j'aurais des proches sur qui compter à mon retour à la maison.

J'avais tout plein de questions. Qu'est-ce qui allait arriver? Ça se bousculait rapidement dans ma tête. J'étais épuisé.

L'intervenante du CAVAC a proposé que j'aille d'abord me reposer à la maison puis, qu'elle m'appelle le lendemain.

Le lendemain (...) elle a pris de mes nouvelles et m'a ensuite informée que mon agresseur avait été arrêté.

On m'a par la suite offert des rencontres afin de m'aider à diminuer les réactions (...) que j'ai vécues à la suite de l'agression et à présenter une demande auprès de l'indemnisation des victimes d'actes criminels (IVAC).

Quand j'ai eu à rencontrer des enquêteurs et des procureurs, une intervenante était disponible pour m'expliquer les objectifs de ces rencontres et me soutenir lorsque je trouvais difficile de raconter, une fois de plus, les événements.

Tout au long du processus, j'ai pu compter sur la disponibilité des intervenantes qui m'ont expliqué les différentes étapes à la cour et m'ont accompagné quand j'ai dû me présenter devant le juge pour expliquer ce qui m'était arrivé.

Ce récit est fictif, mais réaliste et si par malheur, vous êtes un jour victime d'un acte criminel, nous serons là pour vous!

Le Semaine de sensibilisation aux victimes et survivants d'actes criminels se déroule du 29 mai au 4 juin.

Karine Gagnon

Pour l'équipe du CAVAC

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer