Le droit de savoir

ÉDITORIAL / L'approbation par Santé Canada du premier poisson génétiquement... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Denis Dufresne
La Tribune

(SHERBROOKE) ÉDITORIAL / L'approbation par Santé Canada du premier poisson génétiquement modifié, un saumon conçu par la firme AquaBounty Technologies, relance le débat sur l'étiquetage des aliments OGM.

Et c'est une excellente chose, car il y a beaucoup de confusion et un manque de transparence au sujet des cultures transgéniques.

D'abord, on ne connaît pas leurs effets à long terme sur la santé et l'environnement, alors que jusqu'à 70 pour cent des aliments préparés que nous consommons contiendraient des ingrédients génétiquement modifiés.

Ensuite parce que l'étiquetage obligatoire des produits contenant des OGM est réclamé depuis des années par des groupes de consommateurs, des écologistes, des scientifiques et le Nouveau parti démocratique. Avec raison.

À l'heure actuelle, la Loi sur les aliments et drogues de Santé Canada exige l'étiquetage des aliments génétiquement modifiés seulement s'il y a un risque pour la santé ou si une substance allergène est présente, mais le ministre fédéral de l'Agriculture, Lawrence MacAulay, refuse d'aller plus loin pour le moment.

Or les choses commencent peut-être à bouger.

L'aile québécoise du Parti libéral du Canada présentera en effet une résolution demandant l'étiquetage obligatoire lors du prochain congrès politique de la formation, qui débute jeudi à Winnipeg.

Parallèlement, le ministre québécois de l'Agriculture, Pierre Paradis, jongle avec un projet de réglementation qu'il souhaiterait harmoniser avec celles de l'Ontario, avec qui il est en pourparlers depuis un an et demi, et le Vermont, qui deviendra à compter du 1er juillet le premier État américain à exiger l'étiquetage des produits contenant des OGM.

Les OGM soulèvent énormément de controverse et d'inquiétude, bien que de nombreux scientifiques et experts affirment qu'ils ne sont pas dangereux pour la santé ou pour la pérennité des écosystèmes.

Ils font valoir que ces organismes rendent les plantes résistantes aux insectes, aux virus et aux intempéries et qu'ils permettent de réduire l'utilisation de produits chimiques en agriculture et d'augmenter la production.

Ces scientifiques y voient également un moyen de lutter contre l'insécurité alimentaire et les déficits nutritionnels.

En revanche, les détracteurs, dont le scientifique David Suzuki et Greenpeace, évoquent la toxicité et des allergies liées à la présence du gène inséré, la résistance aux antibiotiques et la diminution de la valeur nutritive de certains aliments.

De plus, les aliments OGM, issus d'immenses monocultures, appauvriraient les sols, contamineraient les cultures non-OGM et menaceraient la biodiversité.

L'attitude des entreprises, comme le géant Monsanto, a aussi contribué à nourrir la méfiance des consommateurs et des écologistes à leur endroit en raison de leurs études gardées secrètes et du manque de recherches indépendantes.

Et cela alors que la production mondiale des cultures OGM est en progression depuis 2009, notamment aux États-Unis, au Canada, en Inde, en Afrique du Sud et au Brésil, principalement dans les cultures du coton, du soja, du canola et du maïs, bien qu'elle ait connu un léger recul entre 2014 et 2015.

Toutefois, une soixantaine de pays dans le monde exigent l'inscription « avec OGM », dont le Japon, l'Australie, la Nouvelle-Zélande et l'Union européenne.

L'étiquetage n'est donc pas qu'un caprice d'écologistes ou de consommateurs pointilleux.

N'en déplaise aux chantres des produits alimentaires issus du génie génétique, les consommateurs ont le droit de savoir ce qu'ils mangent et de faire des choix au nom du principe de précaution, pour soutenir une agriculture plus respectueuse de l'environnement ou tout simplement parce que ce sont eux qui payent.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer