Qu'y a-t-il de changé ?

ÉDITORIAL / La nouvelle controverse qui secoue le gouvernement Couillard, cette... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Denis Dufresne
La Tribune

(SHERBROOKE) ÉDITORIAL / La nouvelle controverse qui secoue le gouvernement Couillard, cette fois au sujet de présumées irrégularités au ministère des Transports du Québec (MTQ) et de la démission d'une vérificatrice externe, soulève des questions sur la volonté réelle des libéraux de voir ce qui se passe réellement au MTQ et d'y faire le ménage.

À cela s'ajoute le témoignage sidérant de la sous-ministre Dominique Savoie, mercredi en Commission parlementaire, qui a minimisé les anomalies au ministère et affirmé qu'elle n'avait pas « d'ordres » à recevoir du ministre. Pardon ?

Contraint de réagir, le premier ministre Philippe Couillard l'a relevée de ses fonctions et a annoncé la création d'un poste d'inspecteur général au MTQ.

Après les rapports du Vérificateur général sur les mauvaises pratiques au sein du MTQ, en 2009, les travaux de l'Unité anti-collusion en 2010-2011 et la commission Charbonneau, qu'y a-t-il de changé ?

Chose certaine, l'affaire ne peut en rester là et le gouvernement Couillard doit des explications aux Québécois.

Entre autres au sujet de ce qui s'est passé exactement au MTQ depuis le départ de l'ancien ministre Robert Poëti, en janvier, qui avait embauché l'analyste Annie Trudel pour se pencher sur de possibles irrégularités dans l'attribution de contrats.

Dans une lettre très explicite adressée début avril au chef de cabinet du ministre des Transports, Pierre Ouellet, que le 98,5 FM a diffusée en exclusivité hier, Mme Trudel se disait victime d'obstruction de la part de la sous-ministre Savoie et d'un changement de « priorités » au nouveau cabinet de Jacques Daoust.

Au moment de son départ, début avril, Mme Trudel avait remis à M. Ouellet une clé USB contenant ses recherches et ses observations; celle-ci n'aurait été transmise à l'UPAC que le 10 mai.

Puis, le 27 avril, le député Robert Poëti a écrit une lettre à son successeur, Jacques Daoust, pour le mettre en garde au sujet des irrégularités qu'il avait observées durant son mandat aux Transports et l'informer que la sous-ministre Savoie n'avait pas répondu à ses questions.

Le premier ministre Couillard a beau dire qu'il n'avait jamais entendu parler de la lettre de Mme Trudel ni été informé des irrégularités relevées par M. Poëti, de nombreuses questions se posent.

D'abord pourquoi M. Poëti a-t-il perdu son poste de ministre des Transports ?

Ensuite, pourquoi son successeur, Jacques Daoust, n'a-t-il pas donné suite aux observations d'Annie Trudel ? Où est la reddition de compte ?

Enfin, n'eût été la publication de cette lettre et la mise au jour d'irrégularités au MTQ, le premier ministre aurait-il procédé aux changements annoncés hier ?

On attend les réponses de M. Couillard.

Indigne d'un Premier ministre

La bousculade engendrée par Justin Trudeau, mercredi aux Communes, est bien entendu indigne d'un premier ministre.

On peut se demander à quoi a pensé M. Trudeau en traversant la Chambre, peu avant un débat sur un vote, pour aller empoigner le whip conservateur Gordon Brown et heurter au passage la députée néo-démocrate Ruth Ellen Brosseau, qui a dû s'absenter pour reprendre ses esprits.

M. Trudeau, pourtant reconnu pour son civisme, son empathie et son sens de l'humour, a visiblement laissé son tempérament de boxeur prendre le dessus lors d'un moment d'impatience.

Celui-ci a présenté hier ses excuses d'un air contrit et a reconnu que son comportement avait été inacceptable.

On ne pouvait s'attendre à moins, car ce genre de geste banalise la violence et constitue un très mauvais exemple, surtout de la part d'un premier ministre.

Après tout, le Parlement fédéral est le temple de la démocratie et nous sommes en 2016.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer