Le Québec: d'hier à demain?

Lors de l'élection du Parti Québécois en novembre 1976, plusieurs personnes de... (Archives, La Presse)

Agrandir

Archives, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Lors de l'élection du Parti Québécois en novembre 1976, plusieurs personnes de mon entourage voyaient le pays du Québec à portée de main. À ces personnes je me faisais quelque peu l'avocat du diable en mentionnant que 25 ans dans la vie d'un peuple c'est très court. Mon argumentation se basait sur l'histoire du Québec dont la période des années 1763 (la Conquête) et 1837 (les Patriotes) devaient nous rappeler que le temps est souvent long pour atteindre nos objectifs.

Même si la population du Québec ne semble pas vouloir cautionner la souveraineté ces années-ci, certaines personnes veulent prendre la direction du PQ et adopter un cheminement référendaire. En adoptant un tel cheminement, ces personnes se mettront la population à dos pour les 50 prochaines années, tout en risquant à tout jamais de ne pas atteindre l'objectif de nos ancêtres.

Le candidat à la direction du Parti Québécois, Jean-François Lisée, prend bonne note de l'opinion publique. Sa position de ne pas tenir de référendum sur la souveraineté du Québec au cours des 6 prochaines années est respectueuse des gens du Québec. Se faire élire en 2018 et donner à nos gens du Québec un vrai bon gouvernement répond aux attentes de chacun.

Certes, ce nouveau gouvernement du PQ devra être transparent et mettre sur la table tous les arguments prouvant que la souveraineté est la solution viable et idéale pour le Québec.

Nul doute que le mieux placé pour atteindre ces objectifs est Jean-François Lisée, car il possède un bagage politique acquis durement au fil des années.

Claude Roussel, Sherbrooke

35 ans plus tard...

Il y a plus de 35 ans, la Ville de Sherbrooke créait la Corporation CHARMES, dont le mandat principal était de bonifier la qualité de l'eau des rivières Magog et St-François. (...).

Ma question : en 35 ans, combien de millions de dollars ont été dépensés afin de rendre l'eau de nos deux rivières plus propre? Quel est le bilan de ces 35 ans?

Car nos rivières sont toujours polluées. On parle ici de 35 ans de dépenses importantes (...), de spécialistes en environnement, de biologistes et autres professionnels qui se sont penchés sur la problématique de ces cours d'eau.

Je ne parle pas des aménagements du lac des Nations ou de pistes cyclables, mais de gestes concrets afin de rendre l'eau plus propre.

Si la Ville de Londres a réussi à nettoyer la Tamise, il ne devrait pas prendre 35 ans pour dépolluer les rivières St-François et Magog.

Jean Chenay, Sherbrooke

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer