Mauvaise planification au Marais Réal-D. Carbonneau

La mission première de ce magnifique marais est de favoriser la venue des... (Archives La Tribune)

Agrandir

Archives La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Tribune

La mission première de ce magnifique marais est de favoriser la venue des oiseaux et de donner un accès privilégié aux observateurs d'oiseaux. Il est à noter que ceux-ci sont de plus en plus nombreux et proviennent d'un peu partout. La renommée du Marais Réal-D. Carbonneau dépasse les frontières de la région et s'étend jusqu'en Ontario et aux États-Unis.

Le mois de mai étant le mois où plusieurs espèces reviennent nicher au marais où s'arrêtent pour s'y reposer en période migratoire, il va de soi que cette période l'année est aussi celle où il accueille le plus grand nombre de visiteurs. Les mois de mai et juin constituent des moments où il est important de veiller à la tranquillité des lieux. Les observateurs et amis des oiseaux sont généralement respectueux des lieux dans leurs déplacements.

Malheureusement, on observe depuis peu que le marais attire de visiteurs qui ne devraient pas s'y trouver : il y a d'abord les promeneurs accompagnés de chiens qui trop souvent sont laissés libres et n'hésitent pas à sauter à l'eau pour chasser la faune locale. Cette situation est inacceptable! Il faut respecter la faune et les utilisateurs qui viennent au marais pour observer ce milieu si vivant et interdire ce site aux chiens.

Il faut aussi interdire l'accès aux trottoirs aux jeunes qui viennent y faire du jogging. Cette activité est en totale contradiction avec tout code d'éthique que doivent respecter les visiteurs d'un parc à vocation nature, faune et flore. Ce milieu vivant qu'est le marais mérite tout notre respect!

Quant aux réparations importantes à faire, je suggérerais d'abord que l'on consulte les personnes compétentes qui ont à coeur la protection des oiseaux. Si la structure est très endommagée et nécessite des réparations, il serait préférable de procéder par étape, par exemple on peut fermer la section à réparer pendant la période de migration et de reproduction avant de débuter les travaux.

Nous avons à Sherbrooke la Société de loisir ornithologique de l'Estrie qui peut très bien répondre à toutes questions concernant les oiseaux.

Suzanne Brûlotte

Photographe animalière et auteure

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer