Créer, développer, renforcer la santé mentale

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Tribune

(Sherbrooke) La Semaine nationale de la santé mentale se déroule du 2 au 8 mai. Et une question s'impose. Comment expliquer que malgré les recherches démontrant l'importance de promouvoir la santé mentale, malgré l'identification des facteurs de protection en santé mentale et l'urgence d'agir sur les déterminants sociaux de la santé, malgré la politique gouvernementale de prévention en santé annoncée, nous faisons face à des problèmes de santé mentale croissants dans tous les secteurs et tous les milieux de nos sociétés.

Au travail, par exemple, ces problèmes entraîneraient des coûts que la Commission de la santé mentale du Canada chiffrait, en 2011, à environ 6,3 milliards de dollars en pertes de productivité. Chez les jeunes des Premières Nations, le taux de suicide est cinq fois plus élevé que chez les Canadiens. Chez les adolescents du Canada, les prescriptions d'antidépresseurs ont augmenté de 60 % en neuf ans. On assiste à une multiplication des diagnostics posés sur des difficultés pourtant normales de la vie. Développement durable, avez-vous dit? (...)

Imaginons une année 2017 jalonnée de nouvelles inspirantes qui viendraient nourrir ce noyau de santé mentale que tous nous portons en nous. Des nouvelles comme celles-ci :

La pauvreté au Québec a diminué de 5 % cette année - Les prestations pour invalidité versées en raison de problèmes de santé mentale au travail ont chuté de 15 % - Une commission parlementaire se penchera sur un projet de loi prévoyant la mise en place d'un programme de conciliation travail-vie personnelle dans tous les milieux de travail - Tous secteurs confondus, le niveau de satisfaction des employés québécois a connu une hausse de 10 % depuis deux ans; ce sont d'abord les principes appliqués de reconnaissance et de valorisation qui expliquent cette hausse - L'Assemblée nationale a statué : la santé mentale doit être promue tout au long de la vie des individus - Les CPE sont désormais gratuits et accessibles à tous les enfants du Québec - Des services d'accompagnement, d'écoute et de soutien s'adressant aux élèves et aux parents sont dorénavant accessibles rapidement dans les écoles primaires et secondaires - Dans les cégeps et les universités, de nouveaux critères d'admission ont été établis; l'évaluation portera non seulement sur le relevé de notes et la cote, mais aussi sur les champs d'intérêt, les passions et les talents des candidats. Et si c'était vrai...  

Renée Ouimet

Directrice du Mouvement santé mentale Québec

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer