Légal et loyal

Monsieur Denis Dufresne,Éditorialiste, La... (Archives, La Presse)

Agrandir

Archives, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Monsieur Denis Dufresne,
Éditorialiste, La Tribune

Pour la rédaction de votre éditorial sur les lieux d'hébergement non accrédités (« Illégal et déloyal », La Tribune, 19 avril), vous avez sans doute parlé à des propriétaires légaux et loyaux. Mais avez-vous parlé à quelques personnes qui cherchent à accueillir des gens chez eux en récoltant un petit pécule? Savez-vous qu'un fort pourcentage de participants au monde Airbnb sont des retraités qui cherchent à arrondir les fins de mois (...) en louant une chambre pour quelque vingt jours par année?

Pour notre part, un couple de septuagénaires, nous expérimentons un mode de vie qui va peut-être nous permettre de garder notre maison un peu plus longtemps qu'on le pourrait sans cette initiative.

Nous avons loué pour 10 jours en 2015. En théorie, nous devons 30 $ aux loyaux citoyens du Québec.

Lundi, avant de voir votre édito, j'ai obtenu mon NEQ (numéro d'entreprise du Québec). J'ai voulu m'inscrire en ligne comme travailleur autonome à Revenu Québec. Après avoir répondu à toutes les questions, on me dit que ma demande ne peut pas être acceptée. Pour une raison qu'on n'a pas pu m'expliquer ensuite (...). Mais j'ai réussi à obtenir mon numéro (...) pour « la taxe sur l'hébergement ». Il me reste à obtenir mon code clicSÉQUR et je pourrai devenir légal et loyal. J'ai hâte. J'aurais apprécié une petite nuance dans votre édito.

J'entends dire que Revenu Québec fermerait les yeux si on loue moins de 20 nuitées. C'est une rumeur à ce que j'en sais. Mais c'est officiel, je peux louer sans problème pendant le festival western de Weedon. La loi no 67 viserait plutôt ceux qui achètent un appartement ou un condo avec l'intention explicite de louer à court terme, comme les propriétaires de logements qui voient une façon de s'enrichir en louant 100 $ par jour au lieu de 800 $ par mois.

C'est différent d'une personne qui veut partager sa maison quelques jours par année.

(...)

Et je ne parle pas de l'investissement que j'ai fait pour améliorer mon offre et du nombre d'années qu'il faudra pour l'amortir. Et du conseil de ma comptable de ne pas déclarer l'investissement parce que le travailleur autonome devra déclarer un gain en capital imposable quand on voudra arrêter tout ça et vendre la maison.

Donc je serai légal et loyal en 2016 et je vais faire mon rapport trimestriel à Revenu Québec accompagné chaque fois d'un chèque de 15 $.

Michel Gauthier, Stratford

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer