Une soirée dégradante pour les femmes

L'événement « Fuck ton Ex », organisée ce soir au Boston Bar, est un appel au... (Photo fournie)

Agrandir

Photo fournie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'événement « Fuck ton Ex », organisée ce soir au Boston Bar, est un appel au maintien d'une culture où le viol est banalisé! C'est aussi un appel qui porte atteinte à l'intégrité en plus de nuire aux rapports égalitaires et sains entre les sexes. L'événement propage des images stéréotypées et sexistes où les femmes sont encore réduites et considérées comme des objets sexuels disponibles. Les hommes quant à eux sont appelés à consommer cette sexualité sans limites.

Si la soirée s'adresse autant aux femmes qu'aux hommes de toute orientation sexuelle, pourquoi n'utiliser que des images de femmes sexualisées pour promouvoir l'événement? En effet, sur la page Facebook du Boston Bar nous retrouvons la description suivante qui vient appuyer nos propos. Nous considérons que les termes utilisés pour décrire ces soirées, « Une édition totalement BORDÉLIQUE », fait une allusion explicite à un lieu de prostitution. Avec « PARTY ANIMAL », on fait explicitement référence à ces dites pulsions sexuelles (animales) que les hommes ne peuvent retenir et qui servent à excuser les trop nombreuses agressions sexuelles commises sur les filles et les femmes.

De plus, nous constatons que les critères cités pour participer à cet événement sont très discriminatoires et tendent également à une incitation à la consommation excessive. Les participants et participantes doivent être célibataires, être jeunes et surtout être disponibles à avoir une relation sexuelle. En d'autres mots, y aller dans la perspective de « baiser » et si tu changes d'avis, tu perds ta place.

Il est plus qu'important de rappeler ici que l'alcool n'égale pas consentement. Dans plus de 75 % des cas d'agression sexuelle, l'alcool est en cause. Au Québec, il y a des lois qui protègent des agressions à caractère sexuel. La loi stipule qu'un consentement n'est valide que s'il est exprimé de manière libre et claire, avec un « oui » enthousiaste, sans pression.

Il n'est absolument pas valide lorsque la personne est intoxiquée de façon volontaire ou pas.

Nous dénonçons ce genre d'événement ainsi que tous les tenanciers de bar qui acceptent de s'associer avec les promoteurs de ces soirées qui se produisent à la grandeur du Québec. (...).

Mélanie Lavoie et Aryanne Rivard, CALACS Agression Estrie

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer