Desjardins demeure l'allié des régions

Votre lecteur Denis Beaudin tient des propos assez sévères envers l'ancienne... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Votre lecteur Denis Beaudin tient des propos assez sévères envers l'ancienne présidente du Mouvement Desjardins, Monique F. Leroux, dans La Tribune de mardi dernier (« Bon débarras! »). Permettez-moi de rétablir certains faits.

Sans nier le nombre de fermetures de comptoirs au cours des dernières années, il importe de souligner la popularité et le nombre grandissant des transactions effectuées en ligne ou sur des appareils mobiles. Quand on sait qu'aujourd'hui, 9 transactions sur 10 sont effectuées ailleurs qu'au comptoir, c'est la preuve qu'on ne transige plus avec sa caisse comme on le faisait dans les années 90.

Mme Leroux a pris les rênes du Mouvement en pleine crise financière. N'eût été son leadership, Desjardins ne serait peut-être pas là où il est aujourd'hui. Oui, la performance financière est un élément important, même pour une coopérative et encore plus pour une coopérative financière. Qui voudrait confier ses avoirs à une institution financière qui n'a pas les reins solides, qui ne se soucie pas de sa rentabilité, qui ne s'adapte pas aux nouvelles technologies et aux comportements de ses clients?

Ainsi, Desjardins va continuer d'évoluer, d'être pertinent et de son temps. Après tout, en 116 ans d'existence, ce n'est pas la première fois que notre coopérative a à s'adapter à de nouvelles réalités tout en restant connectée sur ses origines et ses valeurs.

On oublie trop souvent que les caisses Desjardins sont encore les seules institutions financières présentes dans quelque 400 villes ou villages du Québec, que Desjardins compte presque autant de portes d'entrée au Québec que la plus grande banque canadienne en a dans tout le pays et qu'il génère une contribution économique de plus de 7 milliards $, notamment en salaires, en achats de biens et services locaux, en taxes et impôts.

N'oublions pas, enfin, les 81 millions $ versés en appui à toutes sortes de projets porteurs et de causes sous forme de dons et commandites.

En somme, Desjardins est l'allié des régions et va le demeurer. Et il continuera d'évoluer comme il l'a toujours fait pour être en mesure de répondre aux besoins de ses membres.

Valérie Lamarre, 

Conseillère principale

aux Relations publiques 

Mouvement Desjardins

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer