Recul du développement du transport en commun?

On assiste à une autre victoire de l'auto, semble-t-il, sur le transport en... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

On assiste à une autre victoire de l'auto, semble-t-il, sur le transport en commun au coin de la rue King et du boulevard Jacques-Cartier à la suite du démantèlement de l'abribus à l'intérieur duquel se trouvait un banc. Celui-ci sera remplacé par un nouvel arrêt poteau/trottoir près de l'intersection King-Jacques-Cartier. Ce lieu de correspondance idéal pour les étudiants et les travailleurs se trouve ainsi déplacé et plus éloigné. De plus, l'avancée de trottoir pour faciliter l'arrêt des  autobus et éviter de perturber la circulation des autos vers le centre-ville est devenue inutile.

L'augmentation du flux de circulation automobile et piétonne est le facteur invoqué par les responsables pour motiver ce changement. La sécurité pour les étudiants en attente d'une correspondance vers l'Université de Sherbrooke est également mise en cause. Aux dires des fonctionnaires, les autobus « obstrueraient » la circulation automobile, comme si la quatrième voie ajoutée il y a quelques années avait empiré la situation, ce qui est très discutable comme argument.

Cela me fait penser au caricaturiste Serge Chapleau qui, dans l'émission Gérard D. Laflaque, avait mis en scène le premier ministre Philippe Couillard parlant au téléphone avec son ministre de l'Éducation de la fermeture des écoles et « jubilant » à l'idée qu'elles seraient fermées pour de bon comme solution pour régler tous les problèmes.

On pourrait se demander qui se réjouit actuellement de l'enlèvement de cet abribus coin King-Jacques-Cartier?

France Croteau, Sherbrooke

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer