Attentats : cherchons les vraies causes

Après chaque attentat, je suis toujours étonné d'entendre les politiciens et... (Archives, La Presse)

Agrandir

Archives, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Après chaque attentat, je suis toujours étonné d'entendre les politiciens et journalistes traiter les événements comme s'il n'y avait aucun lien avec la guerre au terrorisme déclenchée par G. W. Bush au début des années 2000.

On fait comme s'il s'agissait de fous, une explication à courte vue qui empêche de chercher sérieusement les causes de ces attentats, ce qui nous permettrait de trouver des solutions autres que la militarisation de la société et des programmes de déradicalisation. On fait comme si les révoltés n'avaient pas de raison de se révolter. Pas de doute, ils sont prêts à mourir pour une cause qu'ils jugent juste.

Pour vraiment éradiquer le terrorisme, il faut donc analyser la politique occidentale au Moyen-Orient depuis le début de l'an 2000.

Il faut se poser les questions suivantes : Les Saoud et le Qatar ont-ils financé les terroristes? Oui, les rapports des services US le disent. Les États-Unis ont-ils créé Al-Qaïda? Oui, Hillary Clinton l'a reconnu. La CIA a-t-elle organisé un camp d'entraînement en Jordanie? Oui, le célèbre journaliste américain Seymour Hersh l'a prouvé. Laurent Fabius, ex-ministre des Affaires étrangères de France, a-t-il encouragé le terrorisme en déclarant « Al-Qaïda fait du bon boulot »? Oui, regardez sa vidéo de Marrakech, en décembre 2012.

Le ministre des Affaires étrangères de Belgique, en avril 2013, vantait les djihadistes « ces jeunes (à qui) on construira peut-être un monument comme héros d'une révolution ». Il a refusé en juin 2013 de participer à un débat sur les « Jeunes en Syrie, comment les empêcher de partir? »

Qui sème le vent récolte la tempête.

Ne faut-il pas créer d'urgence une commission d'enquête sur les liens entre les États-Unis et le terrorisme et sur les dessous stratégiques de tous ces drames? N'est-il pas temps d'ouvrir un grand débat sur les conséquences de la politique internationale menée par l'Occident depuis les années2000?

Doit-on continuer à suivre les États-Unis et leur politique qui met le Moyen-Orient à feu et à sang?

Doit-on continuer à nous prosterner devant les pétrodollars des Saud alors qu'ils financent les djihadistes et intoxiquent des jeunes esprits par une version empoisonnée et falsifiée de l'islam?

(...).

Sans cet effort de réflexion, pas de solution au terrorisme.

Yves Lawler, 

Sherbrooke

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer