Oxygène

ÉDITORIAL / Les libéraux de Justin Trudeau avaient doublé les néo-démocrates... (La Presse Canadienne)

Agrandir

La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Denis Dufresne</p>
Denis Dufresne
La Tribune

(SHERBROOKE) ÉDITORIAL / Les libéraux de Justin Trudeau avaient doublé les néo-démocrates sur la gauche pendant la campagne électorale et leur premier budget en est la démonstration avec un train de mesures sociales et des investissements publics majeurs dans les infrastructures.

Parallèlement, en choisissant de creuser un déficit de 29,4 milliards$ pour l'année financière 2016-2017 alors qu'ils s'étaient engagés à le limiter à 10 milliards$, les libéraux mettent de l'avant une philosophie de transferts aux particuliers et d'intervention de l'État dans l'économie à l'opposé de celle de leurs prédécesseurs conservateurs pour qui l'atteinte du déficit zéro était non-négociable.

D'abord, Ottawa met la hache dans la réforme de l'assurance-emploi qui restreignait l'accès à ce programme.

Le gouvernement Trudeau crée également un nouveau programme d'allocation pour enfants qui double les montants versés aux parents; il rétablit à 15 pour cent le crédit d'impôt pour les fonds de travailleurs, bonifie les programmes de bourses d'études et augmente le montant du supplément de revenu garanti pour les aînés dans le besoin.

Il investira dans le logement social et dans la formation pour les jeunes autochtones, injectera 675 millions $ sur cinq ans à Radio-Canada/CBC, après des années de compressions imposées par les conservateurs, et consacrera 1,7 milliard $ sur cinq ans à la culture.

À cela s'ajoute un ambitieux programme d'infrastructures de 120millions $ sur 10 ans pour d'abord mettre à niveau les infrastructures vieillissantes (usines de traitement des eaux, trains, métros, etc.), puis pour les grands projets, notamment le développement du transport en commun.

Il y a toutefois quelques bémols.

Ainsi, le gouvernement Trudeau consacrera cette année 2,7 milliards $ d'argent frais pour les projets d'infrastructures au lieu des 5,1 milliards $ promis en campagne électorale, alors que c'est maintenant qu'il faut investir dans les infrastructures, faire travailler les gens et stimuler l'économie.

Autre aspect : alors que l'économie canadienne est en mutation en raison notamment de la chute des prix des matières premières, le budget ne comporte pas de réelles mesures pour l'innovation et la formation dans le secteur manufacturier, mis à mal au cours des dernières années par la forte appréciation du dollar en raison du boom pétrolier dans l'ouest du pays.

De plus, le gouvernement Trudeau abandonne sa promesse de retourner à l'équilibre budgétaire avant la fin de son mandat.

Non seulement il prévoit que le déficit sera encore de 14,3 milliards $ dans quatre ans, mais il n'a visiblement pas de plan pour sortir éventuellement du rouge.

Les conservateurs de Stephen Harper avaient certes aligné sept budgets déficitaires en 10 ans et augmenté la dette de 28 pour cent, de 481 milliards $ à 616 milliards$, mais ils avaient dû manoeuvrer à travers une grave récession en 2008-2009.

Il faut saluer les politiques résolument progressistes du gouvernement Trudeau et sa volonté d'investir dans les infrastructures pour stimuler l'économie, quitte à enregistrer quelques déficits.

Et à plusieurs égards, le budget du ministre des Finances, Bill Morneau, apporte une bouffée d'air frais aux Canadiens après des années de discours comptables des conservateurs.

Du reste, avec un ratio dette/PIB de 32,5 pour cent, le plus bas des pays du G-7, ce n'est pas un drame.

Toutefois, le gouvernement Trudeau ne pourra poursuivre sur cette lancée encore plusieurs années, surtout lorsque le Canada aura retrouvé un taux de croissance économique plus robuste que les 1,4 pour cent prévu en 2016.

Il doit prendre garde à ne pas s'engager dans une « spirale de l'endettement », comme le craint le chef adjoint du Parti conservateur, Denis Lebel.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer