Inquiet de la disparition de CHARMES

À la suite de la chronique de Luc Larochelle dans La Tribune du 11... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

À la suite de la chronique de Luc Larochelle dans La Tribune du 11 mars, je tiens, en tant que co-président fondateur du comité CHARMES, avec Raymond Demers, à souligner la pertinence des propos du chroniqueur.

Le comité CHARMES a accompli à travers les années un travail fantastique grâce à l'implication de nombreuses personnes bénévoles, que je remercie ici. Je trouve malheureux que la Ville de Sherbrooke commence à vendre des terrains sur les rives de la rivière Magog et je suis inquiet de la disparition de CHARMES, un organisme qui était effectivement la conscience environnementale des Sherbrookois.

L'environnement occupe de plus en plus une place importante dans le monde. Ne devrait-on pas en tenir compte au niveau municipal? Est-ce que l'on a une division de l'environnement à la Ville de Sherbrooke?

Camille Fortier, Sherbrooke

La banalisation du mal

Que de films sur la persécution des Juifs lors de la 2e guerre mondiale avons-nous visionné, nous scandalisant et nous demandant comment les gens ont pu laisser faire? Actuellement, on entend et voit qu'au Moyen-Orient on occupe des territoires illégalement, on saccage des pays et on fait fuir leurs populations. En Afrique, la vente d'armes est illimitée, on y viole et on y pille au vu et au su de tous (...).

Et l'ONU de déplorer les situations humanitaires «horribles» présentes partout, notamment au Soudan du Sud.

Vente d'armes, laissez-faire, insensibilité, engourdissement de la douleur et de la conscience, on en est encore à la «banalité du mal», tel que traité par la philosophe Hannah Arendt.

(...).

Et lorsque des hommes, des femmes et des organismes condamnent la guerre, la vente d'armes, les meurtres, les génocides, l'insensibilité des pays riches, l'hypocrisie, la corruption, le laissez-faire, les appuie-t-on? Bravo à ceux et celles qui le font, mais ils ne sont pas assez nombreux!

France Croteau, Sherbrooke

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer