Les riches, KPMG et le gouvernement du Canada

Le traitement privilégié accordé par l'Agence du revenu du Canada à une... (Bloomberg)

Agrandir

Bloomberg

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le traitement privilégié accordé par l'Agence du revenu du Canada à une minorité de millionnaires qui ont des millions de dollars de cachés dans le paradis fiscal de l'île de Man, en Angleterre (...), est humiliant pour les Canadiens qui paient (...) leurs impôts et constitue une injustice à corriger le plus rapidement possible par devoir et respect envers notre pays.

Le célèbre cardinal François Mercier, un Belge, clamait qu'« en démocratie tout le monde est égal, mais il y en a qui le sont un peu plus que les autres » (...). Le gouvernement canadien doit donc ajuster sa politique actuelle (...). Aux États-Unis, si un contribuable fraudeur se fait prendre (...), il doit payer de gros intérêts et de lourdes pénalités. Si le gouvernement fédéral a peur de payer trop de frais juridiques pour la justice fiscale (...), il n'a qu'à se faire payer (...) par les fraudeurs!

(...).

Le gouvernement du Canada doit (...) éliminer ce fléau qui affecte de nombreux pays et devrait même être un leader mondial en cette matière en regroupant les pays du monde (...) pour l'enrayer (...).

Réjean Beaudoin, 

Sherbrooke

Remettre Barrette à sa place

Enfin, des gens remettent à sa place le ministre de la Santé, Gaétan Barrette. À l'émission Tout le monde en parle, dimanche soir, ce dernier a perdu de sa superbe devant la porte-parole de l'opposition en matière de santé, Diane Lamarre.

Ses arguments et son attitude à la Donald Trump, crier, couper la parole et avancer des allusions (...), semblaient minable devant les propos de Mme Lamarre. (NDLR : M. Barrette s'est excusé mardi auprès de Mme Lamarre).

Mais là où il a paru le plus affaibli, c'est devant trois mères d'enfants handicapés qui, par leur attitude calme et pondérée, nous ont montré que le (...) le ministre de la Santé perdait ses moyens devant des gens qui préfèrent la discussion à l'enflure verbale. Bravo Mesdames! Michel Chartrand aimait dire que si le Québec doit s'épanouir, c'est par les femmes qu'il le fera. Il avait raison.

Jean Chenay, Sherbrooke

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer