Des questions légitimes

ÉDITORIAL / Le premier ministre Philippe Couillard a raté une belle occasion de... (Archives, La Presse)

Agrandir

Archives, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Denis Dufresne</p>
Denis Dufresne
La Tribune

(SHERBROOKE) ÉDITORIAL / Le premier ministre Philippe Couillard a raté une belle occasion de permettre un débat sur la capacité du Québec à intégrer et à franciser davantage d'immigrants, préférant accuser le chef de la Coalition avenir Québec (CAQ), François Legault, qui posait une question légitime, de « souffler sur les braises de l'intolérance ».

M. Couillard a affirmé mardi que le Québec devra accueillir 60 000 immigrants par année, soit 10 000 de plus qu'à l'heure actuelle, pour parer au déclin démographique et combler les besoins en main-d'oeuvre.

Le chef de la CAQ s'est alors interrogé sur les ressources pour les intégrer et a réitéré sa demande de rendre obligatoire les cours de français.

Ces échanges sont survenus en marge de la nouvelle politique de l'immigration de la ministre Kathleen Weil, qui vise une meilleure adéquation entre la sélection et les besoins du marché du travail, en misant notamment sur les étudiants étrangers et les travailleurs temporaires.

On connaît le penchant nationaliste de M. Legault et sa volonté de défendre les valeurs québécoises, ce qui n'est quand même pas un péché mortel.

Soulever des questions sur un enjeu aussi complexe et, il faut le dire, aussi sensible que l'immigration n'est pas un signe d'intolérance.

Pourquoi le chef libéral a-t-il refusé d'en discuter et a-t-il choisi de répondre par l'attaque?

Le chroniqueur politique Mario Dumont, qui a été membre de l'Assemblée nationale durant plusieurs années, a dit ne jamais avoir été aussi choqué par l'attitude d'un chef de gouvernement devant les interrogations d'un chef de l'opposition.

Cela rappelle la réaction de M. Couillard lorsqu'il avait accusé le chef péquiste Pierre-Karl Péladeau et son homologue caquiste d'aider les concurrents de Bombardier en raison de leur insistance pour que le gouvernement obtienne des garanties sur un plancher d'emplois et le maintien du siège social au Québec, à la suite d'une aide de 1,3 milliard $ pour le projet CSeries.

Le Québec a toujours été ouvert à l'immigration, un apport positif à la société, à la culture et à l'économie.

Malheureusement, la province peine à retenir les nouveaux arrivants en raison notamment du problème de la reconnaissance de leurs compétences et de leurs diplômes.

Les statistiques démontrent que jusqu'à 30 pour cent des immigrants quitteraient le Québec au bout de quelques années, faute de pouvoir dénicher un emploi qui leur convient et aussi, dans plusieurs cas, par choix d'aller vivre ailleurs au pays.

Il y a beaucoup d'histoire à succès chez les nouveaux arrivants, mais il est inconcevable que de nombreux techniciens et professionnels n'arrivent pas à faire reconnaître leurs compétences et leurs diplômes.

Des données de la Commission des droits de la personne démontrent en outre que les minorités visibles sont très minoritaires, particulièrement dans les municipalités et les établissements publics. Pourquoi une telle discrimination?

L'emploi et la francisation des nouveaux arrivants (40 pour cent arrivent ici sans parler le français) sont nécessaires à la cohésion sociale.

Plutôt que d'augmenter de 10 000 le nombre d'entrées annuelles, ne vaudrait-il pas mieux améliorer d'abord l'intégration socio-économique de ceux qui sont déjà ici et celle des quelque 50 000 individus que nous recevons chaque année?

Autre question : faut-il favoriser l'immigration à des fins strictement économiques ou plutôt accueillir davantage de personnes qui fuient la guerre et la misère?

Un débat calme et raisonné s'impose sur ces questions.

Malheureusement, le gouvernement Couillard semble ne pas vouloir en parler et a décrété que quiconque s'interroge sur le bien-fondé de cette mesure est intolérant, voire xénophobe.

C'est un peu court comme raisonnement.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer