L'UPA doit revenir à sa mission première

Je veux réagir à la lettre d'opinion du président général de l'Union des... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Je veux réagir à la lettre d'opinion du président général de l'Union des producteurs agricoles (UPA), Marcel Groleau, (« Ce n'est pas un cartel », La Tribune, 20 février). Oui, la mise en marché collective en agriculture a permis de stabiliser les productions agricoles, les revenus des producteurs, ainsi qu'un approvisionnement stable avec peu de variation de prix pour le consommateur (...). Mais là où le bât blesse, c'est la dureté avec laquelle sont appliqués les règlements via vos fédérations.

L'UPA semble oublier que les producteurs agricoles ne sont pas ses employés, mais bien, pour la plupart, des entrepreneurs dont la valeur des entreprises demande de plus en plus de gestion. Des entrepreneurs qui travaillent dur, qui prennent tous les risques, et qui n'aiment pas se faire manipuler et se sentir pris dans un carcan trop serré.

Aussi, il y a ce manque de respect. Pas plus tard que le 15 février, à une réunion des producteurs de bovins de l'Estrie, Claude Viel, président provincial de la Fédération répondait à un producteur qu'il n'avait qu'à changer de production, s'il n'était pas content. À un autre, il a répondu que c'est aux producteurs de voir à leurs affaires sur le fait que la Financière agricole volait les producteurs naisseurs en leur imposant des cotisations sur des animaux que ces mêmes éleveurs ne possèdent pas. Et il y a les poursuites judiciaires envers vos propres membres, coûtant des dizaines de milliers de dollars. Des sommes énormes payées en frais d'avocats et de spécialistes afin de démontrer que c'est l'UPA qui mène. Et ça, toujours en pigeant l'argent dans les poches mêmes des producteurs.

Je veux bien croire qu'il y a des règlements à respecter, mais quand cela s'avère des guerres sans pitié pour contenter certains de vos représentants imbus de pouvoir, aussi des occasions d'augmentations salariales pour les permanents de l'UPA, l'on peut se demander où s'en va votre syndicat, notre syndicat, sinon à la dérive. Je ne suis qu'un simple producteur de bovins (...), mais je crois que si votre organisme ne revient pas à la base de sa mission, soit (...) la protection des revenus des producteurs agricoles de toutes les productions, la défense contre des envahisseurs la terre nourricière, il ne coulera pas longtemps de l'eau sous les ponts avant que votre organisme se fasse emporter par le courant.

Jean-Pierre Patry, Weedon

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer