Le Carnaval d'hiver de Sherbrooke, on y va!

Le week-end dernier, nous avons eu le bonheur de pouvoir participer au Carnaval... (Archives, La Tribune)

Agrandir

Archives, La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le week-end dernier, nous avons eu le bonheur de pouvoir participer au Carnaval d'hiver de Sherbrooke, un événement pour les petits et les grands, qui est très bien organisé d'année en année.

J'aimerais prendre la parole pour remercier les nombreux bénévoles et les organisateurs du Carnaval pour nous avoir fait vivre ce beau rendez-vous hivernal, avec ses nombreuses activités, dont beaucoup d'activités gratuites.

J'aimerais aussi souligner la participation des gens de Sherbrooke et des environs pour avoir fait du Carnaval, une activité populaire. Pour faire une activité, il faut des bénévoles, c'est vrai. Mais il faut aussi des participants. Vous les Sherbrookois, vous êtes ceux pour qui on a construit ce magnifique événement. Vous êtes ceux qui donnent une signification au travail des bénévoles.

Nous avons participé ce vendredi à la journée de carnaval scolaire avec les classes de notre école. Malgré le froid du matin, nous avons beaucoup apprécié l'équipe de ChamoX qui nous font vivre des sensations avec la Tyrolienne, l'arbre en arbre, etc. Nous avons apprécié (...) les promenades à cheval (...) et les jeux gonflables (...). Nous avons fait une énorme bataille de boules de neige au kiosque de la Guerre des tuques (...).

En parlant des élèves, nous avons remarqué qu'il y avait moins d'élèves que les années passées, 800 inscriptions en comparaison avec 1500 l'an passé. Je pense que les enseignants doivent se sentir interpellés et prendre la responsabilité. Bien sûr, ce n'est pas obligatoire d'organiser des sorties scolaires et c'est beaucoup de travail pour l'enseignant : Convaincre école, parents et élèves, fournir et ramasser les formulaires d'inscription, récolter le paiement de chaque enfant, organiser le transport et enfin organiser la journée d'activité.

Ce travail n'est pas vraiment reconnu... donc c'est pratiquement du bénévolat. (...). Par contre, la journée n'est pas du bénévolat; on est rémunéré pour la journée travaillée et l'appréciation des élèves devient notre rétribution pour avoir organisé la sortie. Être un enseignant, c'est agir pour le bien des élèves (...). Être enseignant, ça ne s'écrit pas complètement dans une convention collective, c'est une mission.

Quand on voit des bénévoles se déplacer en grand nombre pour le plaisir des enfants, on se dit que c'est par l'implication personnelle et collective qu'on fera la différence à Sherbrooke! (...).

Samuel Fortier, directeur École primaire La Source

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer