Un concept incohérent

Le mode électoral en politique municipale est très différent des autres paliers... (Infographie Le Soleil)

Agrandir

Infographie Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le mode électoral en politique municipale est très différent des autres paliers de gouvernements, l'électeur fait deux votes, un pour le conseiller et l'autre pour le maire. C'est un message démocratique clair, les conseillers élus et le maire élu ont à travailler ensemble à bien gérer la ville.

Dans un tel contexte il me semble incohérent, à la limite incongru de permettre une formation politique. Je n'en veux pas à ceux qui forment un parti politique ou à ceux qui joignent un parti politique, j'en appelle à nos élus du gouvernement provincial qui dictent les règles, de revoir une telle incohérence. Ce que l'on aime moins de la politique, c'est la partisanerie; ce qui amène la partisanerie, ce sont les partis.

Au plan municipal nous avons la possibilité de faire la politique autrement, pourquoi ne pas favoriser la meilleure prise de décision dans un environnement qui favorise le consensus. Dans un contexte d'élus indépendants, l'on respecte beaucoup les idées qu'un maire a dû défendre en campagne électorale et vice versa. La sagesse de l'ensemble nous amène à des décisions mieux réfléchies.

Dans un monde où l'on cherche à faire la politique autrement, pourriez-vous, M. le ministre des Affaires municipales, Martin Coiteux, messieurs et mesdames les députés (es), sortir des paradigmes et faire preuve de cohérence en interdisant les partis politiques municipaux comme cela se fait déjà dans d'autres provinces.

Julien Lachance,

conseiller municipal

district de Saint-Élie

Le plan de Philippe Couillard

La province de Québec subit une transformation majeure. Avec cette austérité injustifiée et les mesures de restructuration (...), le modèle québécois tel que nous le connaissons risque de disparaître. L'objectif du premier ministre Philippe Couillard est simple : unifier le Québec dans le Canada en remodelant le modèle de société dont le Québec s'est doté et qui le démarquait du reste du pays. (...). Pourtant, M. Couillard n'a pas eu de mandat clair ni n'a consulté la population pour modifier l'État québécois.

En diminuant la taille de l'État, il va causer une décroissance économique et accroître les inégalités sociales. Le PLQ et le PQ sont vraiment aux antipodes quant à leur vision du Québec. Un parti qui veut diminuer le Québec et l'autre qui veut en faire un pays prospère. (...). Lors des prochaines élections, il faudra choisir quel avenir que nous voulons pour le Québec!

Florence Boucher, Sherbrooke

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer